Le Club

Découvrez le club Canal Académie et créez votre compte dès maintenant pour profiter des avantages, des exclusivités, des services...

Découvrir le Club

Roger Caillois, classique et atypique

L’œuvre de l’académicien en Quarto, chez Gallimard

Damien Le Guay introduit ici l’œuvre de Roger Caillois, de l’Académie française, explorateur du monde, intellectuel à la croisée de différents courants et anti-conformiste. Gallimard lui a consacré un Quarto.


Bookmark and Share

Il aimait les pierres. A travers elles il imaginait une existence déliée de superficiel, de vanité, de conformisme, un retour aux sources de l’originel. Il ne voulait pas écrire de symphonie livresque mais sur l'amour profond. Il s'exaltait de la découverte de talents (il fit connaître Borgès) et sur des sujets très divers : le jeu, l’ésotérisme, les rêves, la guerre, les voyages (l’Argentine où il vécut), les influences intellectuelles (surréalisme, sociologie…), l’imagination, la curiosité.

Loin des convenances et du calcul, ce grand intellectuel qui naquit en 191, fut tout à la fois écrivain, sociologue, minéralogiste, critique littéraire, haut fonctionnaire à l’Unesco, directeur de la revue Diogène... Se retrouvant toujours en dehors des sentiers battus, il ne cessa de braver tous les courants, toutes les polémiques, toute la déroute causée par ses passions croisées.

Une œuvre faite «de bric et de broc»

On se demande comment cet homme, membre de l’Académie française dès 1973 et devenu un grand classique du monde des lettres fut toujours ou jamais accepté dans un monde qu’il dessinait de façon non-linéaire avec un caractère hétéroclite, une œuvre singulière faite, comme il le disait lui-même, de « bric et de broc ».

Damien Le Guay, dans cette chronique, nous fait redécouvrir cet intellectuel (auquel Gallimard a consacré un Quarto en 2008). Réhabilitation ? Consécration ? Prise de conscience ? Un peu de tout cela à la fois. Pour visiter ou revisiter le monde très intérieur et complexe de Roger Caillois, Quarto propose de partir d’un petit livre très personnel qui clôture l’ensemble de son œuvre et qui a pour titre Le fleuve Alphée. C’est une autobiographie fantasmée qui fait référence à la mythologie grecque. Le fleuve Alphée est le fleuve qui, pour mourir, à la fin se dégage de la mer qu'il a rejoint pour remonter dans le lit de sa rivière. Telle est la métaphore de la propre vie de Caillois car elle traversa beaucoup d’influences littéraires, sociologiques, intellectuelles de l’époque.

Reniant les mouvements irrationnels, l'écrivain aimait avant tout quand l’homme se perdait. Il fuyait disait-il « l’effervescence spéculative » et nous mettait en garde contre(...)


© Canal Académie - Tous droits réservés

Notez cette émission :

Pour poursuivre la lecture de cet article et écouter cette émission,
devenez membre du Club pour 25€ par an seulement ! abonnez-vous ici Déjà abonné ? identifiez-vous

Commentaires