Le Club

Découvrez le club Canal Académie et créez votre compte dès maintenant pour profiter des avantages, des exclusivités, des services...

Découvrir le Club

Grippe A : faut-il réellement s’inquiéter ?

Avec le professeur François Bricaire, membre correspondant à l’Académie nationale de médecine

La grippe A est le fruit de recombinaisons entre des virus porcin, humain et aviaire. Le stockage de traitements antiviraux, de masques de protection, la prévision de vaccination de la population, la fermeture des écoles… et le terme de « pandémie » employé par l’OMS en juin 2009 pour qualifier l’expansion du virus met le public en alerte. Faut-il réellement s’inquiéter pour notre santé ? Écoutez l’avis du professeur François Bricaire, chef du service de Maladies infectieuses et tropicales, à la Pitié-Salpêtrière à Paris.


Bookmark and Share

A la date du 21 juillet 2009, l’OMS faisait état de 135 000 cas confirmés et 816 décès liés à la grippe A à travers le monde.
En France, le premier décès d’une jeune fille de 14 ans lié en partie à la grippe A est survenu le 30 juillet 2009.
Ces chiffres nous permettent-ils d'utiliser le mot « pandémie » ?
« Oui ! » explique François Bricaire. La définition du mot pandémie ne tient pas compte du nombre de morts, mais des pays touchés par une maladie. « La pandémie n'est pas synonyme d'un nombre élévé de malades, et n'est pas associé à un fort taux de mortalité ».

En juillet, l'alerte était déjà de niveau 6 pour l'OMS, et de 5 pour la France. Pourtant, la grippe A semble bénigne. « Je dirais que sa virulence est identique à celle d'une grippe saisonnière très moyenne pour l'instant » explique François Bricaire. En revanche, ce que redoutent les épidémiologistes, c’est la mutation de ce virus, qui pourrait avoir la méchante idée de s’acoquiner avec d'autres virus plus virulents.
« Un des facteurs "alertant" de cette grippe A, c'est sa propagation dans l'hémisphère nord, alors que nous sommes en été. Ce n'est pas commun » affirme François Bricaire.

La grippe A, comme la grippe saisonnière, a un fort pouvoir de mutation. Preuve en est, les vaccins de notre grippe "classique" changent tous les ans. En ce sens, les quelque 140 millions de doses au total qui se préparent ne seraient-elles pas inutiles le jour où nous entamerons une campagne nationale de vaccination(...)


© Canal Académie - Tous droits réservés

Notez cette émission :

Pour poursuivre la lecture de cet article et écouter cette émission,
devenez membre du Club pour 25€ par an seulement ! abonnez-vous ici Déjà abonné ? identifiez-vous

Commentaires