Le Club

Découvrez le club Canal Académie et créez votre compte dès maintenant pour profiter des avantages, des exclusivités, des services...

Découvrir le Club

Le Prix Albert Londres 2/2

par Henri Amouroux

Henri Amouroux (1920-2007), journaliste, historien, membre de l’Académie des sciences morales et politiques, nous dévoile le fonctionnement du prix et l’éthique du grand reportage.


Bookmark and Share

Henri Amouroux préside le jury du Prix Albert Londres, le prix de journalisme le plus prestigieux d'Europe depuis 1985. Il entraîne les 20 membres du jury sur les pas d'Albert Londres (Guyanne, Courchevel, Reims) et cette année, en Chine. Il nous explique comment la lecture des 20 dossiers de la presse écrite et le visionnage des reportages pour l'audiovisuel offrent un regard complet sur la profession de grand reporter et son éthique.

Le prix Albert Londres, créé en 1932 et décerné pour la première fois en 1933, couronne chaque année, à la date anniversaire de la mort d'Albert Londres, le meilleur « Grand Reporter de la presse écrite » et depuis 1985 le meilleur « Grand Reporter de l'audiovisuel ».

A propos d'Albert Londres

Le célèbre journaliste qui fit fermer le bagne de Cayenne, dénonça la traite des Noirs, et celle des « blanches » (1884-1932).

Né en 1884 à Vichy, Albert Londres, qui se destinait à une carrière de poète, s'est très tôt rendu célèbre par ses articles et ses récits de voyages, publiés au début du siècle dans Le Petit Journal, Le Quotidien ou Le Petit Parisien, et a marqué plusieurs générations de journalistes. Il signe son premier article en 1914, il a couvert la Grande Guerre, la conquête de Fiume par D'Annunzio, la Révolution russe, le Tour de France cycliste, les chaos de la République chinoise, le scandale du bagne de Cayenne, les bataillons disciplinaires d'Afrique du Nord, la condition des aliénés dans les asiles de France, et l'évasion du forçat Dieudonné, la traite des noirs en Afrique et la traite des blanches en Argentine, les pêcheurs de perles de Djibouti et les terroristes dans les Balkans... Il est mort le 16 mai 1932 lors de l'incendie du paquebot George Philippar au retour d'un reportage en Chine dont on ne sait rien.

Créé par sa fille, Florise, le Prix Albert Londres couronne, en France, le meilleur reporter de l'année en presse écrite depuis 1933 et audiovisuelle depuis 1985. Ce Prix, décerné pour la première fois en 1933, couronne chaque année à la date anniversaire de la mort d'Albert Londres.

Edwy Plenel évoque son maître en journalisme, Albert Londres. Il rappelle son propos : « Ma ligne, disait ce prince du reportage, ma seule ligne, la ligne de chemin de fer. » « Albert Londres,(...)


© Canal Académie - Tous droits réservés

Notez cette émission :

Pour poursuivre la lecture de cet article et écouter cette émission,
devenez membre du Club pour 25€ par an seulement ! abonnez-vous ici Déjà abonné ? identifiez-vous

Commentaires