Le Club

Découvrez le club Canal Académie et créez votre compte dès maintenant pour profiter des avantages, des exclusivités, des services...

Découvrir le Club

Emile Biasini, bras droit de Malraux

Il y a 50 ans les deux hommes lançaient l’Action culturelle

En 1959 Malraux appelait Biasini au ministère de la Culture. Ils fondèrent l’Action culturelle d’où naquirent les Maisons de la culture. Après des milliers de kilomètres parcourus en France et dans le monde, Emile Biasini reste la dernière mémoire vivante d’une époque révolue dont il conserve des souvenirs intenses. Interview à l’occasion du cinquantenaire du ministère de la Culture.


Bookmark and Share

La Culture, « ce langage universel » selon Emile Biasini, 87 ans en 2009, ancien directeur des Arts et des Lettres au ministère de la Culture (anciennement le ministère des Affaires culturelles), « doit résonner dans tous les coins du monde, même les plus reculés ».
De cet adage naquit un engagement éternel de cet homme pour la Culture. On se souvient de ses activités comme secrétaire d'Etat chargé aux Grands travaux du Louvre, de l'architecture de la BNF ou encore de la direction de l'ORTF en 1967 où il introduisit la télévision couleur. A-t-on pourtant pris la mesure de son action qui fut, selon le décret du 24 juillet 1959, de « rendre accessibles les œuvres capitales de l’humanité, et d’abord de la France, au plus grand nombre possible de Français, assurer une vaste audience au patrimoine culturel et favoriser la création des œuvres d’art et de l’esprit qui l’enrichissent ». Vaste programme.




« Je ne possède rien et j’en suis fier. J’ai tout donné » nous dit-il. Il a un caractère bien trempé. Vif comme le feu, il parle dans un rythme saccadé. « Je suis un homme de terrain, indépendant, pas un intellectuel ni un homme politique ». Est-ce pour cela qu’il pense avoir été oublié alors que la France célèbre en 2009 le cinquantenaire de la création du ministère. « On résume tout à Malraux mais j'ai aussi beaucoup compté ! ».
C'est un beau jour de l’année 1959 que le philosophe lui demande d’entrer à son cabinet. En pleine décolonisation, Emile Biasini abandonne prématurément l’Afrique, continent où il passe dix années à mettre en place la politique de colonisation. Administrateur depuis la fin de la guerre, il est spécialisé dans l’établissement des rapports culturels avec les territoires destinés à devenir indépendants. Des centres culturels et autres lieux de rencontres et d’échange, il en fait son credo. Convaincu de leur efficacité, il en crée partout où il passe : « la brousse, je l’ai sillonnée en long et en large ». Il contribue aussi à la mise en place des premières(...)


© Canal Académie - Tous droits réservés

Notez cette émission :

Pour poursuivre la lecture de cet article et écouter cette émission,
devenez membre du Club pour 25€ par an seulement ! abonnez-vous ici Déjà abonné ? identifiez-vous

Commentaires