Le Club

Découvrez le club Canal Académie et créez votre compte dès maintenant pour profiter des avantages, des exclusivités, des services...

Découvrir le Club

L’Institut d’Études politiques de Paris, Sciences-Po, dans le paysage universitaire français

Par Richard Descoings, directeur de l’IEP de Paris
Quelle est la singularité de Sciences Po ? Canal Académie vous propose d’écouter la retransmission de la communication de Richard Descoings sur L’Institut d’Études politiques de Paris dans le paysage universitaire français, lors de la séance hebdomadaire de l’Académie des sciences morales et politiques du 22 juin 2009.


T�l�charger le fichier sur votre ordinateur
Références émission afficher
Émission proposée par : Marianne Durand-Lacaze
Référence : ES539
Adresse directe du fichier MP3 : http://www.canalacademie.com/emissions/es539.mp3
Adresse de cet article :
Date de mise en ligne : 28 juin 2009
Richard Descoings, directeur de l'IEP de Paris, Académie des sciences morales et politiques, 22 juin 2009
Richard Descoings, directeur de l’IEP de Paris, Académie des sciences morales et politiques, 22 juin 2009
© Canal Académie

La communication de Richard Descoings, directeur de l’Institut d’Études politiques de Paris, conseiller d’Etat, s’intègre dans la série des communications de l’Académie consacrées en 2009 aux grands établissements, dans le cadre du thème, Science, université et recherche dans la France d’aujourd’hui sous la présidence de Jean-Claude Casanova.
Richard Descoings a souligné dans son intervention, la singularité de Sciences Po, sa place, dans le paysage universitaire français. Puis il a présenté les mutations abordées par son établissement depuis 20 ans, en raison de la compétition qui s’est développée au niveau des institutions universitaires à l’échelle mondiale. Enfin, il a développé la place désormais centrale et non plus marginale qu’occupe aujourd’hui l’établissement qu’il dirige dans le système français d’enseignement supérieur.
Revenant sur l’histoire de cet établissement, rappelant que l’École libre de sciences politiques est née en 1872 très modestement, Richard Descoings a expliqué que l’école fut d’abord une société (avec 400 actionnaires), libre de toute tutelle à l’égard de l’État. Elle a été nationalisée et intégrée à l’Université de Paris le 9 octobre 1945 sous le nom d’Institut d’études politiques (IEP) de l’Université de Paris. Le même jour, une ordonnance a créé la Fondation nationale des sciences politiques (FNSP), qui reçut le patrimoine et la gestion administrative et financière de l’IEP. Sa création, ses buts fixés, ses moyens de financement en ont fait dès le départ, un établissement singulier. Jusqu’aux années 1980, l’école fut le creuset de la formation des cadres de l’État, considérée comme la meilleure préparation à l’ENA. Elle prit rapidement de l’ampleur en cherchant des moyens de financement, en développant dès lors davantage la recherche et en revenant à ses fondamentaux autour des relations internationales, du droit, de l’économie.

Les atouts de Sciences Po résident dans la stabilité des enseignants, rarement titularisés, issus du monde politique, des entreprises ou de l’université. L’établissement s’aligne sur une comptabilité d’entreprise avec des employés de droit privé et des fonctionnaires. L’institution réunit deux structures juridiques distinctes : la Fondation Nationale des Sciences Politiques, en réalité l’institution maîtresse et l’IEP de Paris, l’Institut d’études politiques de Paris qui portent les missions de formations initiales et de formations continues. Le budget actuel est de 120 millions d’euros dont la moitié est d’ordre privé. L’organisation interne de l’école en conseils assure une politique libre de recrutement, de contenu des enseignements et de délivrance des diplômes.
La dimension internationale de l’établissement, la recherche de partenariats avec d’autres Grandes Écoles et depuis peu avec des universités en France comme à l’étranger se sont surtout développés ces dernières années pour répondre aux conditions de la compétitivité internationale. L’école accueille 8500 élèves dont 40% d’élèves étrangers et actuellement 520 doctorants. Le pari de la recherche à Science Po semble atteint en terme de formation pour intégrer, selon les propos de Richard Descoings "le marché mondial des élites". Cet exemple d’exigences, de sélection et d’autonomie peut-il être applicable à d’autres structures d’enseignement supérieures ?

En savoir plus

- IEP de Paris
- Académie des sciences morales et politiques






© Canal Acadééémie - Tous droits rééservés

Notez cette émission :

Commentaires