Le Club

Découvrez le club Canal Académie et créez votre compte dès maintenant pour profiter des avantages, des exclusivités, des services...

Découvrir le Club

Les Noëllet, un roman de René Bazin, de l’Académie française

présenté par Jacques Richou, président de l’Association "Les Amis de René Bazin" et Aliénor Viot
Le roman Les Noëllet de René Bazin qui obtint un large succès en 1890 et mérite d’être aujourd’hui relu, vient d’être republié. Le président de l’Association des Amis de René Bazin, Jacques Richou, nous le présente, en compagnie d’Aliénor Viot, descendante de l’écrivain.


T�l�charger le fichier sur votre ordinateur
Références émission afficher

Si ce roman Les Noëllet, est de nouveau disponible en libraire, c’est grâce à l’association Les Amis de René Bazin dont le président, Jacques Richou est l’invité de cette émission, en compagnie d’Aliénor Viot, arrière-arrière-petite-fille du romancier, élu à l’Académie française, en 1903.

René Bazin (1853-1932)
René Bazin (1853-1932)

René Bazin est né à Angers le 26 décembre 1853. L’Anjou est sa terre. Elle tient une place dominante dans son oeuvre. S’il a fait des études de droit, c’est rapidement qu’il commence à rédiger des articles dans les journaux, l’Etoile notamment, et bientôt, son tout premier roman, Stéphanette, (1884) est publié dans L’Union en feuilleton, selon la manière de l’époque. Un autre journal, Le Journal des débats, publiera également en feuilleton son roman Une tache d’encre (1888), roman qui sera bientôt couronné par l’Académie française.

C’est deux ans après, en 1890, que parait le roman qui fait le sujet de cette émission : les Noellet, l’histoire d’une famille paysanne dont le fils ne veut pas prendre la succession du père...

C’est grâce à Ludovic Halévy, de l’Académie française, que René Bazin fréquente le milieu littéraire et est orienté vers l’éditeur Calmann-Lévy. Il fut tout à la fois universitaire, juriste, journaliste, reporter de voyages, romancier...

Après la guerre de 1870, il devient l’un des écrivains de La revanche, notamment avec le succès de son roman Les Oberlé, qui se déroule en Alsace. Une cinquantaine de titres composent son oeuvre dont les plus connus : les Oberlé (400.000 exemplaires), La Terre qui meurt (250.000 exemplaires).

René Bazin fut élu à l’Académie française, au fauteuil 30 où il succèda à Ernest Legouvé, le 18 juin 1903 et reçu sous la Coupole le 28 avril 1904 (discours de réception prononcé par l’historien de la littérature française, Ferdinand Brunetière). Il avait donc 50 ans. Mort le 20 juillet 1932, il est donc resté académicien durant 39 ans et l’on dit que son assiduité aux séances du dictionnaire fut admirable. L’un de ses derniers romans publié en 1931 est le célèbre Magnificat.

A noter que René Bazin s’est penché sur la figure de Charles de Foucauld pour en écrire un livre en 1921 : Charles de Foucauld, explorateur du Maroc, ermite au Sahara, livre qui rencontre toujours un public.

Canal Académie, dans cette émission, propose en lecture quatre extraits des Noellet qui permettent, chacun à leur façon, d’apprécier le style de René Bazin. Ces lectures sont assurées par le comédien Fernand Guiot.

- 1ère lecture : pour donner un avant goût de son talent d’écrivain, Aliénor Viot a choisi un extrait narratif, la description d’un paysage des Mauges, le bocage choletais.

Jacques Richou, considérant qu’en effet Bazin peut être tenu pour un écrivain de la terre, voire un écrivain régionaliste, il offre cependant bien d’autres facettes de son talent. Attaché à la patrie et catholique fervent, il demeure un observateur attentif des âmes.

- 2ème lecture : le portrait de Pierre, le héros des Noellet. Aliénor Viot le présente et rappelle ses relations au Père. Un court extrait en dit mieux qu’un long discours...

- 3ème lecture : le portrait de Madeleine Après avoir croisé Pierre, la lecture nous fait rencontrer celle qui va changer son destin, Madeleine Laubriet. Aliénor Viot présente ce personnage féminin.

- Enfin, dernier extrait lu, après les conflits, les querelles, les dissensions, la fin du roman se termine sur une note d’espérance. Mais une espérance liée à la terre, à la transmission du travail de la terre. Il s’agit là d’un dialogue entre le père, Julien Noellet, et un jeune homme qui demande la main de sa fille Marie. Mais il n’est pas paysan, il est charron... Il lui faut donc argumenter...

A savoir :

Pour obtenir une version du livre les Noellet téléchargez l’imprimé ci-dessous :

Consulter sa fiche sur le site de l’Académie française : http://www.academie-francaise.fr/immortels/index.html






© Canal Acadééémie - Tous droits rééservés

Notez cette émission :

Commentaires