Le Club

Découvrez le club Canal Académie et créez votre compte dès maintenant pour profiter des avantages, des exclusivités, des services...

Découvrir le Club

L’Union européenne et la Turquie

Avec Robert del Picchia, sénateur représentant les Français établis hors de France, Vice-Président de la commission des affaires étrangères, membre de la commission des affaires européennes

Les sénateurs Robert del Picchia et Hubert Haenel, Président de la délégation pour l’Union européenne du Sénat, se sont rendus en Turquie pour une troisième mission du 21 au 25 mai 2008, dans le cadre du suivi du processus de l’élargissement de l’Union européenne. Dans leur rapport : « L’Union européenne et la Turquie à la veille de la présidence française » , ils présentent le bilan de l’état d’avancée des négociations d’adhésion et évoquent la dégradation des relations franco-turques. Le sénateur Robert del Picchia est ici reçu par Myriam Lemaire.


Bookmark and Share

Cette émission s'inscrit dans la série "Rapports du Sénat" présentée par Myriam Lemaire.

Au début de cette émission, Robert del Picchia, Sénateur représentant les Français établis hors de France depuis 1998, rappelle le rôle et le mode d’élection des 12 Sénateurs qui représentent les Français expatriés. L’article 24 de la Constitution de 1958, dispose que « les Français établis hors de France sont représentés au Sénat ». C’est une spécificité du Sénat. A la suite de la modification de la Constitution en 2008, il y aura en 2012 des élections de députés représentant les Français établis hors de France. Les Français expatriés seront alors représentés aussi à l’Assemblée nationale.


Des négociations d’adhésion de la Turquie relativement lentes

En 1999, la délégation pour l’Union européenne du Sénat a décidé d’approfondir son suivi du processus de l’élargissement de l’Union européenne en étudiant chaque pays candidat.



Robert del Picchia a été désigné pour suivre les progrès réalisés par la Turquie sur la voie de l’adhésion. Deux rapports d’information consécutifs à des missions effectuées en 2004 et 2005 ont
été publiés.

Ouvertes officiellement le 3 octobre 2005, les négociations d’adhésion suivent leur cours, mais sur un rythme relativement lent. Seuls 8 des 35 chapitres de négociation couvrant les domaines dans lesquels la Turquie doit entreprendre des réformes pour remplir les critères de Copenhague et reprendre l’acquis communautaire ont été ouverts et un seul a été provisoirement clos.

Robert del Picchia analyse les différents facteurs qui peuvent expliquer cette relative lenteur. Ils tiennent à la fois à l’Union européenne et à la Turquie. La Turquie a connu des difficultés de politique intérieure depuis 2007 qui ont retardé l’adoption de réformes politiques. Quelques
réformes importantes sont cependant intervenues. Mais la liberté d’expression, la liberté religieuse, le droit des minorités ne sont pas encore pleinement garantis.


Les relations de la Turquie avec les pays voisins

La Turquie entretient de bonnes relations avec les Etats voisins : pays du Caucase, Iran, Irak, Syrie et Israël. Elle est un(...)


© Canal Académie - Tous droits réservés

Notez cette émission :

Pour poursuivre la lecture de cet article et écouter cette émission,
devenez membre du Club pour 25€ par an seulement ! abonnez-vous ici Déjà abonné ? identifiez-vous

Commentaires