Le Club

Découvrez le club Canal Académie et créez votre compte dès maintenant pour profiter des avantages, des exclusivités, des services...

Découvrir le Club

Fragonard et l’Arioste

La poésie de l’inachevé, avec Marie-Anne Dupuy-Vachey historienne de l’art
Quand Fragonard rencontre l’Arioste, il y a promesse de chefs d’œuvre ! Marie-Anne Dupuy-Vachey, historienne de l’art et spécialiste de Fragonard nous présente une série de dessins de Fragonard sur le célèbre poème chevaleresque du Roland furieux. Elle est l’invitée de Krista Leuck.


T�l�charger le fichier sur votre ordinateur
Références émission afficher
Émission proposée par : Krista Leuck
Référence : CARR562
Adresse directe du fichier MP3 : http://www.canalacademie.com/emissions/carr562.mp3
Adresse de cet article : http://www.canalacademie.com/ida4404-Fragonard-et-l-Arioste.html
Date de mise en ligne : 3 mai 2009


Le peintre français du XVIIIe siècle et le conteur italien du XVIe siècle partagent une même passion pour l’épopée et le merveilleux.

Jean-Honoré Fragonard (1732-1806) est l’un des nombreux artistes que les récits fantastiques et chevaleresques de l’Arioste ont profondément inspiré. Notamment son œuvre emblématique, ce monument littéraire de la Renaissance, son Roland furieux (Orlando furioso).
Quand Fragonard prend le pinceau pour traduire les émotions du poète, il nous conte à son tour les riches d’aventures des héros de l’Arioste. Il nous laisse un trésor de près de cent quatre-vingts dessins.

Au grand galop, Roland pénètre dans le palais d'Atlant (chant XII)
Au grand galop, Roland pénètre dans le palais d’Atlant (chant XII)

Orlando Furioso «  Le donné, i cavallier, l’arme, gli amori Pas moins de quarante-six chants – chacun comportant entre soixante-douze et cent quatre-vingt-dix neuf strophes de huit vers – composent l’Orlando furioso. Dans une langue aux accents tour à tour lyriques, dramatiques, mais aussi sensuels ou burlesques. Le poète brosse une vaste fresque épique que l’on ne saurait résumer en quelques lignes. Sur fond de guerre entre chrétiens et païens, il s’agit en fait de plusieurs aventures qui s’enchevêtrent au gré de la fantaisie de l’auteur.

La passion que la belle Angélique suscite simultanément chez Roland, neveu de Charlemagne, et chez Renaud, les jalousies qui s’en suivent, l’amour de Bradamante pour le volage Roger, le siège de Paris par les armées sarrasines, autant de thèmes parmi d’autres qui fournissent la trame d’un récit riche en péripéties de toutes sortes.
Des Pyrénées aux Indes, en passant par la Grande-Bretagne ou l’Egypte, sur terre, sur mer et même dans les airs, se croisent des personnages historiques ou fictifs, des souverains, des paladins, des moines, des mercenaires ainsi que des créatures fantastiques, sorcières, mages, fées, géants et animaux hybrides. » (extraits de « Fragonard et le Roland furieux » de Marie-Anne Dupuy-Vachey, Editions de l’Amateur).

Angélique subtilise le casque de Roland (chant XII)
Angélique subtilise le casque de Roland (chant XII)

Marie-Anne Dupuy-Vachey esquisse pour nous les deux figures
- d’abord Ludovico Ariosto, dit l’Arioste (1474-1533) , cet écrivain et homme de cour à Ferrare, au service du Cardinal Hippolyte d’Este….
- Ensuite Jean-Honoré Fragonard (1732-1806) Né à Grasse en 1732, qui a fait son apprentissage d’abord chez Chardin, puis chez Boucher, Prix de Rome en 1752 pour son Jéroboam sacrifiant aux idoles, séjour à l’Académie de France à Rome (1756-1761), ses tableaux se caractérisent par une touche libre et rapide, une palette vive…

L'Arioste apostrophe l'Amour (chant II)
L’Arioste apostrophe l’Amour (chant II)

Fragonard – dans toute son œuvre riche et multiforme – il est connu plutôt comme peintre de scènes galantes et libertines - fut particulièrement touché par ce récit disons « héroïque » . Comment Fragonard – donc au XVIIIe siècle a eu connaissance de ce poème épique du XVIe siècle ?
L’a-t-il lu en langue originale ou par des traductions ?
Marie-Anne Dupuy-Vachey nous éclaire.

Italo Calvino définit le Roland furieux comme le « poème du mouvement » (Flammarion, 1982, p.27). C’est bien ainsi que l’a ressenti Fragonard. Du début à la fin, une même énergie sous-tend chacune des pages. Les chevaux galopent, se cabrent ou volent. Les héros courent et bondissent d’épisode en épisode. Quelques détails viennent souligner la rapidité de l’action, suggérer le souffle du vent ou le trot du cheval : les panaches ébouriffés qui surmontent les casques, l’ondulation des capes, les extrémités flottantes des belles écharpes barrant la poitrine des chevaliers ou ceignant leur taille. » (« Fragonard et le Roland furieux » de Marie-Anne Dupuy-Vachey, Editions de l’Amateur).

Renaud fait avouer ses crimes à Polinesse avant qu'il n'expire (chant V)
Renaud fait avouer ses crimes à Polinesse avant qu’il n’expire (chant V)

La grande spécialiste de Fragonard passe ensuite quelques dessins en revue et nous explique ce qui caractérise le plus cette série de feuilles.

Charlemagne implore Dieu le père de protéger le camp des chrétiens (chant XIV)
Charlemagne implore Dieu le père de protéger le camp des chrétiens (chant XIV)
Mandricart découvre les victimes de Roland (chant XIV)
Mandricart découvre les victimes de Roland (chant XIV)

Nous y trouvons une traduction fine et spirituelle où se combinent de manière harmonieuse inventivité et fidélité au texte du poème. Elle évoque pour nous aussi les maîtres de Fragonard, comme Rubens par ex. dont il fait passer le « souffle » que l’on retrouve chez le maître flamand entre autre dans la série sur La Vie de Marie de Médicis au Louvre.

Rubens – La Vie de Marie de Médicis au Louvre
Rubens – La Vie de Marie de Médicis au Louvre

Fragonard fut certainement un grand lecteur. Lecteur à la fois gourmand et passionné du Roland furieux, c’est bien ainsi que nous le montre la série pour l’Arioste. Cette illustration qui se voulait aussi dense et riche que le poème est un projet hors norme, un projet fou, à l’image du héros qui donne son nom au récit et comme l’Arioste lui-même puisque tel tendait à la considérer le siècle de Fragonard.

Roland et Isabelle cheminent ensemble (chant XIII)
Roland et Isabelle cheminent ensemble (chant XIII)

Tous les dessins reproduits sont extraits du Fragonard et le Roland furieux, par Marie-Anne Dupuy-Vachey, Les Editions de l’Amateur, 2006.

Marie-Anne Dupuy-Vachey
Marie-Anne Dupuy-Vachey

Marie-Anne Dupuy-Vachey, historienne de l’art, a travaillé pendant une vingtaine d’années au musée du Louvre. Elle fut notamment l’assistante de Pierre Rosenberg pour la rétrospective « Fragonard » organisée au Grand Palais et au Metropolitan Museum of Art de New York (1987-1988), et fut commissaire déléguée de l’exposition « Dominique-Vivant Denon, l’œil de Napoléon » (Musée du Louvre, 1999). Elle a été le commissaire de l’exposition « Fragonard – Les plaisirs d’un siècle » qui s’est tenue au musée Jacquemart-André en 2007.

En savoir plus :

Fragonard et le Roland furieux, par Marie-Anne Dupuy-Vachey, Les Editions de l’Amateur,

Roland Furieux, préfacé par Yves Bonnefoy, éditions Folio, 2 volumes.

Poursuivez l’écoute des émissions sur Canal Académie
- Fragonard : les plaisirs d’un siècle
- Les Fragonard de Besançon, avec Pierre Rosenberg, de l’Académie française

Sur Kronobase, retrouvez les grandes dates de Fragonard






© Canal Acadééémie - Tous droits rééservés

Notez cette émission :

Commentaires