Le Club

Découvrez le club Canal Académie et créez votre compte dès maintenant pour profiter des avantages, des exclusivités, des services...

Découvrir le Club

Alexandre Ier, le tsar qui vainquit Napoléon

Avec Marie-Pierre Rey, professeur d’histoire russe et soviétique à l’université Paris I – Sorbonne

Qui fut vraiment Alexandre Ier ? Marie-Pierre Rey s’appuie sur des archives jusque-là négligées ou inédites et éclaire d’une nouvelle lumière le destin énigmatique du tsar dont le destin reste entouré de multiples mystères. Son accession au trône n’est-elle pas liée à sa participation à l’assassinat de son père ? Sa mort tragique et subite au fin fond de la Russie ne fut-elle vraiment qu’une disparition volontaire pour se soustraire au pouvoir ? Les découvertes sont nombreuses dont la tentation catholique du tsar…


Bookmark and Share

Alexandre Ier, tsar de Russie du 23 mars 1801 à sa mort le 1er décembre 1825, naît à Saint-Pétersbourg, le 23 décembre 1777. Il est le fils de Paul Ier et de Sophie-Dorothée de Wurtemberg, tsarine sous le nom de Maria Fiodorovna. En 1793, sa grand-mère, Catherine II, lui fait épouser Louise Augusta de Bade. Le règne d’Alexandre coïncide grossièrement avec celui de Napoléon, qu'il combattit à plusieurs reprises jusqu'à la bataille victorieuse de 1814.

Un tsar réformateur ?

Couvé par sa grand-mère mais élevé à la française, selon les préceptes du suisse La Harpe, Alexandre développe des idées libérales radicalement opposées à celles de son père Paul Ier auquel il succède dans des circonstances troubles. En fait, lorsqu’Alexandre est informé du complot contre son père, il espère que celui-ci ne sera que déposé. Or, le complot conduit à l'assassinat de Paul Ier. Un profond sentiment de culpabilité ne cessera d’hanter Alexandre jusqu’à la fin de ses jours. Ce parricide ou tsaricide restera à jamais une blessure ouverte.
- Quoiqu’il en soit, monté sur le trône, Alexandre cherche à engager son pays sur la voie de la réforme. Il encourage un projet de constitutionnalisation du gouvernement russe et octroie au Sénat un droit de remontrance. Il cherche également à favoriser l'émancipation des serfs. Cette œuvre réformatrice est toutefois limitée. On a souvent vu dans le recul d’Alexandre devant la réforme, un signe de son caractère velléitaire. Il n’en est rien ; la résistance de la noblesse et le manque de relais au sein de la société russe sont les principales faiblesses de son édifice. En outre, Alexandre a très vite été absorbé par le rôle majeur qu’il réussit à se tailler dans la diplomatie européenne.
Rappelons qu’Alexandre Ier fut le principal adversaire militaire de Napoléon. Dans un premier temps, allié à l'Autriche et à la Prusse, il est gravement défait à Austerlitz en 1805, puis à nouveau à Friedland en 1807. Il finit donc par accepter l’alliance avec la France (traité de Tilsit en 1807) contre l'Angleterre et la Suède. Cette nouvelle alliance permet à Alexandre de conquérir la Finlande. Cependant, des divergences apparaissent vite avec Napoléon et mettent fin à l’alliance. En 1812, la campagne de Russie s’avère effroyable. L’arrivée des troupes françaises dans Moscou et(...)


© Canal Académie - Tous droits réservés

Notez cette émission :

Pour poursuivre la lecture de cet article et écouter cette émission,
devenez membre du Club pour 25€ par an seulement ! abonnez-vous ici Déjà abonné ? identifiez-vous

Commentaires