Le Club

Découvrez le club Canal Académie et créez votre compte dès maintenant pour profiter des avantages, des exclusivités, des services...

Découvrir le Club

La demeure catalane du maréchal Joffre, de l’Académie française

Visite en compagnie du général Cortale, directeur du musée de Rivesaltes

Né à Rivesaltes, le 12 janvier 1852, Joseph Joffre se révèle vite un élève brillant et entre à l’École polytechnique à 17 ans. Embrassant la carrière militaire, il choisit l’arme du génie. Il devient maréchal et entre à l’Académie française en 1918. Le général Cortale, directeur du musée Joffre à Rivesaltes, nous raconte l’homme aux yeux bleus et au franc parler. Il nous apprend que c’est Joseph Joffre lui-même qui a créé l’armée américaine ou encore installé les infrastructures de la ville d’Hanoï, au Viet Nam. De quoi revenir sur ce parcours incroyable !


Bookmark and Share

Dans un coin de région catalane, non loin des Pyrénées, au nord de Perpignan se trouve Rivesaltes. C'est dans ce petit village des « rives hautes » que naît Joseph Joffre en 1852.

Comme le raconte une personnalité locale, Arthur Conte, historien et homme politique, dans son livre Joffre, (dont il a gracieusement donné le manuscrit au musée) le garçon réussit bien à l'école. Il est vite repéré par des professeurs qui encouragent ses parents à l'inscrire dans des études longues. La famille est aisée. Le père est tonnelier, la maman s'occupe du foyer, des nombreux frères et sœurs. Entre études secondaires au lycée François Arago de Perpignan et au lycée Charlemagne à Paris, il prépare le concours d'entrée aux grandes Écoles.
Il entre comme benjamin de sa promotion à l'École polytechnique en juillet 1869 à l'âge de 17 ans. Un de ses amis dira de lui : « Il avait vraiment bon air, sous le frac, avec ses galons d'or tout neufs ». Il choisit l'arme du génie correspondant le mieux à ses capacités d'ingénieur et à son goût pour l'aventure humaine.


La vie lui sourit. Paris aussi. De son «provincialisme», il garde un franc parler, une attitude rocailleuse, un aspect physique un peu rustre. Il en jouera. Ceux qui le croient naïf, il les dupe. Sous son air dur, il est doux et humain : il saura motiver ses troupes. Sous son silence, il est rigoureux : il saura être un ingénieur minutieux.



Ses supérieurs applaudissent successivement ses talents du «génie», ils se battent tous pour l'avoir. Son ascension est rapide, fulgurante. Aux fortifications de Paris, il passe capitaine en Indochine pour la campagne du Tonkin (1885) qui lui fait obtenir la Légion d'Honneur. Deux ans plus tôt, en avril 1883, l'Annam avait accordé un protectorat français sur le Tonkin contre l'avis de la Chine.
Nommé chef du génie à Hanoï, Joseph Joffre organise les postes de défense du Tonkin septentrional. Il tente d'améliorer les hôpitaux, d'ouvrir de nouvelles routes, des digues et des bureaux pour l'armée française... Tous ces travaux nous valent aujourd'hui(...)


© Canal Académie - Tous droits réservés

Notez cette émission :

Pour poursuivre la lecture de cet article et écouter cette émission,
devenez membre du Club pour 25€ par an seulement ! abonnez-vous ici Déjà abonné ? identifiez-vous

Commentaires