Le Club

Découvrez le club Canal Académie et créez votre compte dès maintenant pour profiter des avantages, des exclusivités, des services...

Découvrir le Club

Olivier Messiaen, l’amoureux d’orgue

L’académicien des beaux-arts est évoqué par l’organiste musicologue Michel Fischer

Olivier Messiaen ne conçoit pas la vie de musicien et de compositeur sans orgue. Il n’a que 22 ans lorsqu’il devient titulaire de l’orgue de l’église de la Trinité, à Paris. Couleurs, timbres, constrastes de registres : Messiaen trouvait dans l’orgue tous les possibles de son imagination musicale. Entretien avec le musicologue -et organiste- Michel Fischer.


Bookmark and Share

Olivier Messiaen (1908-1992) commence tôt l'apprentissage de l'orgue auprès du grand maître de l'instrument qu'était alors Marcel Dupré. La tradition de l'école française lui est ainsi transmise : Dupré était l'élève de Charles-Marie Widor et de Louis Vierne, lui-même héritier de César Franck.

Après un premier prix en orgue et en improvisation à l’orgue en 1929 au Conservatoire national supérieur de musique de Paris, Messiaen apprend l'art de la composition et de l'orchestration auprès de Paul Dukas et perfectionne sa connaissance de l'harmonie dans la classe de Jean Gallon. Toujours au Conservatoire, Maurice Emmanuel, professeur d'histoire de la musique et théoricien de la musique modale, l'initie à la métrique grecque. Enfin, Messiaen est un protégé de Charles Tournemire. L'influence de cet organiste et improvisateur de grand renom sur le jeune Messiaen est incontestable.
À propos des Sept paroles du Christ en croix de Tournemire, Messiaen s'extasie : « Un thème de pédale, effroyablement calme, qui ramasse tout la puissance de l'orgue en d'énormes si bémol, et reçoit sur les épaules de sanglants gémissements, d'aveuglantes et contrariantes clartés, puis s'amenuise jusqu'à un déchirant solo de clarinette, jusqu'à un soupir de bourdon ! Un tel thème, une telle musique, cela, c'est le génie ! »

Quelle est l'influence des grands maîtres français sur la musique de Messiaen ? Celui qui a marqué une rupture nette vis-à-vis de l'héritage musical du début du siècle est-il malgré tout l'héritier de Franck, de Dupré, de Dukas et de Tournemire ? Qu'est-ce qui fait l'originalité de Messiaen à l'orgue ?

Avec notre invité, Michel Fischer, organiste, musicologue, maître de conférences à l'université Paris-Sorbonne, nous abordons les compositions pour orgue de Messiaen : que trouve-t-il dans ce instrument qu'il ne puisse obtenir au piano ou à l'orchestre ? Comment l'orgue lui permet-il d'exprimer son sentiment religieux ?

Enfin, nous parlons dans cette émission de l'orgue de l'église de la Trinité, à Paris, que Messiaen a adopté de l'âge de 22 ans jusqu'à sa mort en 1992. Il a fait retravailler l'instrument à son goût. Dans les mixtures, la fondamentale a été enlevée pour ne laisser que les harmoniques, ce qui confère à l'instrument une résonance particulière. Il a fait ajouter des jeux d'anches et de mixtures. Et comme beaucoup(...)


© Canal Académie - Tous droits réservés

Notez cette émission :

Pour poursuivre la lecture de cet article et écouter cette émission,
devenez membre du Club pour 25€ par an seulement ! abonnez-vous ici Déjà abonné ? identifiez-vous

Commentaires