Le Club

Découvrez le club Canal Académie et créez votre compte dès maintenant pour profiter des avantages, des exclusivités, des services...

Découvrir le Club

De la méchanceté en littérature au XVIIe siècle

La chronique Lecture et relecture de Jacques Rigaud

Pour être méchant en écriture, il faut bien du talent ! Jacques Rigaud a relu les Mémoires du cardinal de Retz et les Maximes de La Rochefoucauld ainsi que le Misanthrope de Molière : ce sont des chefs d’oeuvre de méchanceté ! Voici quelques portraits réjouissants par de méchants talentueux !


Bookmark and Share

Le cardinal de Retz fait partie des relectures favorites de Jacques Rigaud. Il en donne ici lecture quelques extraits (ils sont résumés dans le texte ci-dessous, écoutez Jacques Rigaud pour avoir la totalité du portrait) :

- Melle de Vendôme avait peu d'esprit ; mais il est certain qu'au temps dont je vous parle, sa sottise n'était pas encore bien développée

- sur Anne d'Autriche : la Reine avait, plus que personne que j'ai jamais vu, de cette sorte d'esprit qui lui était nécessaire pour ne pas paraître sotte à ceux qui ne la connaissaient pas. Elle avait plus d'aigreur que de hauteur, plus de hauteur que de grandeur...

- et sur Mazarin : il s'aimait trop, ce qui est le naturel des âmes lâches ;

et ne manquez pas non plus le cruel portrait de Mme de Montban, celui de Richelieu, celui de M. de Longueville, et celui du Duc d'Orléans ! La méchanceté n'épargne personne... mais elle est proposée avec tant de brio !

Et Jacques Rigaud de terminer ce petit catalogue de portraits méchants par les portraits croisés du cardinal de Retz par La Rochefoucauld et celui de La Rochefoucauld par le cardinal de Retz.

Le premier commence ainsi :(...)


© Canal Académie - Tous droits réservés

Notez cette émission :

Pour poursuivre la lecture de cet article et écouter cette émission,
devenez membre du Club pour 25€ par an seulement ! abonnez-vous ici Déjà abonné ? identifiez-vous

Commentaires