Le Club

Découvrez le club Canal Académie et créez votre compte dès maintenant pour profiter des avantages, des exclusivités, des services...

Découvrir le Club

Mots clefs et suggestions


Chine et Etats-Unis : couple modèle ou couple infernal ?

par Philippe Jurgensen

Un changement de ton qui inquiète les dirigeants chinois se manifeste dans les déclarations de la nouvelle équipe présidentielle de Barack Obama à l’égard du grand partenaire et rival asiatique : alors que l’administration sortante du Président Georges W. Bush ménageait la Chine, le nouveau Secrétaire au Trésor - c’est-à-dire Ministre des Finances - Timothy Geithner, a déclaré ouvertement au Sénat : le Président « pense que la Chine manipule sa devise, et veut obtenir un changement de ses pratiques en la matière ». Ce à quoi la Banque Centrale chinoise a vite réagi, qualifiant ces « allégations » d’« erronées et trompeuses ».


Bookmark and Share

Chacun sait que l’Empire du Milieu est aujourd’hui la vraie deuxième puissance économique mondiale, si l’on corrige les statistiques de produit national établies aux cours officiels pour retrouver les parités réelles de pouvoir d’achat. Il est évidemment essentiel pour le reste du monde de savoir si les Gouvernements des deux principales puissances travaillent en bonne entente et maintiennent l’accord implicite qui a fonctionné tout au long de ces dernières années : la Chine, qui s’industrialise à marche forcée, déverse ses excédents extérieurs, dus à une consommation interne encore insuffisante, sur le reste du monde, et notamment les Etats-Unis qui eux, surconsomment. Le déficit extérieur américain considérable qui en résulte est lui-même financé par l’achat de titres financiers en dollars par la Chine, ce qui boucle le circuit. Si à cet accord implicite devait succéder la mésentente, les protestations en matière commerciale sur la mauvaise qualité des produits chinois, les contrefaçons et autres, s’ajoutant aux récriminations en matière de changes, on pourrait aboutir à une guerre commerciale où les deux partenaires seraient perdants, entraînant le reste du monde dans la difficulté.

On voit à quel point il est important que la lune de miel américano-chinoise ne se transforme pas en scène de ménage permanente.

Examinons d’abord l’aspect monétaire du sujet.

Il est indéniable que la monnaie chinoise, le Yuan, est sous-évaluée, très sous-évaluée même puisqu’il faut multiplier les chiffres officiels de revenu par deux ou trois pour rétablir les parités de pouvoir d’achat. Cette sous-évaluation n’est pas le fait du hasard ni d’errements des marchés ; elle est due à une politique tout à fait volontaire du Gouvernement de Pékin. Il faut savoir que le Yuan n’a pas le même régime de totale convertibilité et de libre flottement sur les marchés des changes que celui de l’ensemble des pays industriels depuis 1973. La devise chinoise reste une monnaie administrée, dont le cours par rapport aux autres devises est piloté par la Banque Centrale. Depuis des années, les pays industrialisés demandent à la Chine de réévaluer la parité du Yuan, qui est restée accrochée à un peu plus de huit Yuans par dollar (8,3 exactement) pendant longtemps. En juillet 2005, la Chine a consenti une concession en(...)


© Canal Académie - Tous droits réservés

Notez cette émission :

Pour poursuivre la lecture de cet article et écouter cette émission,
devenez membre du Club pour 23€, soit moins de 2€ par mois. abonnez-vous ici Déjà abonné ? identifiez-vous

Commentaires