Le Club

Découvrez le club Canal Académie et créez votre compte dès maintenant pour profiter des avantages, des exclusivités, des services...

Découvrir le Club

La communication politique et ses mots-clés

La chronique de Geneviève Guicheney, Correspondant de l’Institut

L’époque appelle à un retour du politique. Non pas qu’elle en soit dépourvue mais tout se passe comme si cela échappait. Nos concitoyens y aspirent qui ont suivi avec intérêt la campagne des élections municipales qu’ici ou là on décrit comme une des plus sérieuses quand d’ordinaire, localement, « les noms d’oiseaux volent » en lieu et place d’un échange d’arguments politiques. Obsédés de communication, nos politiques en oublient de faire état d’une pensée, à partager ou non c’est une autre question.


Bookmark and Share

Le texte de cette chronique constitue l'édito de Geneviève Guicheney, dans la revue Positions et médias de mars 2008.



Les politiques et d’autres, responsables de collectivités, d’entreprises, d’hôpitaux, bref dotés d’un pouvoir délégué par et sur les autres. Voilà une occasion de visiter quelques mots dont l’us et l’abus ne laissent pas d’irriter.


Communication.
Précède l’action. Une fois passe mais cela prend des proportions dangereuses. Dangereuses pour tout le monde. Démuni le destinataire d’une communication qui n’a qu’elle-même pour objet, pris comme une mouche dans la glu. Démuni aussi l’émetteur qui ne peut répondre de rien et laisse son message sans suite, sinon à forger immédiatement un nouveau message dans une spirale infernale qui vise le plexus plus que le cerveau des destinataires, on a presque envie de dire victimes de la communication. Un présupposé est qu’un bon communicant prend a priori les autres pour des imbéciles. Le but est de leur faire gober quelque chose. Un message habile sidère la pensée. Tout devient slogan. Il y a de la tentation totalitaire là-dedans. Aucune modestie, aucune générosité et des risques calculés mais petitement calculés. Il y a bien un moment où on va se trouver en situation de s’expliquer. Difficile lorsqu’on n’a pas pris le seul risque qui vaille dans une démocratie étendue ici à toutes les relations sociales, celle d’exposer sa pensée, son projet, d’en prévoir la mise en œuvre, d’en mesurer les implications. Au lieu de quoi, on cherche à impressionner, à soulever l’émotion. On voit bien comment au lieu de tisser du lien, on ne fait que le rompre. Il faut couvrir tant de situations et de champs différents, qu’on va forcément, à un moment ou un autre, dresser les gens les uns contre les autres. Et on ne s’en prive pas.

Tout un fatras de mots-clés a surgi rassemblés dans une grande boîte à outils de communication, repris comme autant de pierres d’achoppement qu’ils ne sont pas, détournés d’un sens qu’ils ont ou avaient dans d’autres circonstances mais qui ne trouve plus à s’appliquer. À dire vrai cela n’a même aucune importance. Ainsi quelques mots usés(...)


© Canal Académie - Tous droits réservés

Notez cette émission :

Pour poursuivre la lecture de cet article et écouter cette émission,
devenez membre du Club pour 25€ par an seulement ! abonnez-vous ici Déjà abonné ? identifiez-vous

Commentaires