Le Club

Découvrez le club Canal Académie et créez votre compte dès maintenant pour profiter des avantages, des exclusivités, des services...

Découvrir le Club

Mes souhaits de jour de l’an

par le bibliologue Bertrand Galimard Flavigny

En 1823, paraissait un petit livre anonyme, intitulé Mes Souhaits de jours de l’an, « poème fugitif en un chant ». Son auteur n’aurait pas été, comme le prétend l’avertissement de l’éditeur, un étudiant en médecine désorienté, mais un magistrat, plusieurs fois élu député de Séez, dans l’Orne, du nom de Jean Clogenson (1785-1876). Celui-ci se distingua en étant un des premiers à se prononcer en faveur de la révolution de juillet 1830...


Bookmark and Share

Il arbora même les trois couleurs à Domfront, face aux troupes qui « comprimaient l’élan patriotique ».
Quelques uns des exemplaires de ces Souhaits de jours de l’an qui avaient été imprimés sur papier tricolore, devaient, sans doute préfigurer cet éclat.
Le poème des Souhaits, un peu moqueur parfois, ne montre guère de caractère séditieux. Il en aurait possédé, le livre aurait été censuré et interdit. Les vœux de 1823 pourraient bien être prononcés à nouveaux, l’année 2008 s’étant évanouie pour laisser la place à 2009, c’est la raison pour laquelle, nous vous en adressons quelques uns.
« Je souhaite à mon escarcelle un contour moins gonflé de vent, C’est à dire qu’au fond d'icelle le diable loge moins souvent.

Je souhaite à tous les bourgeois,
Juges, banquiers, hommes d'église,
Chacun, au moins, quatre ou cinq croix,
S'ils aiment cette marchandise.
Pour ma part, quoique l'on en dise, je m’en souhaite deux ou trois.
Aux officiers sous la remise
Je souhaite de bons emplois ;
j ‘en sais qui n'ont pas de chemise
Et qui ne mangent que des noix.

Je souhaite à certains ministres dont l'âme est en proie au chagrin,
Des regards moins durs, moins sinistres, un front moins jaune et plus serein ; et beaucoup de pommes de terre au roi qui règne en Angleterre.
Je souhaite que nos préfets, eux dont le cœur est si sensible, deviennent encore plus parfaits, si pourtant la chose est possible.
Je souhaite à nos députés des grêles de petits pâtés, avec une abondante pluie du doux nectar de Malvoisie.
Je souhaite, et l'on sait pourquoi, que quelques procureurs du roi, un peu trop chauds en politique, apaisent l’ardeur qui les pique, tout en faisant régner la loi.
Je souhaite aux rois conquérants, ambitieux du nom de grands, le destin de feu Bonaparte ; aux républicains soi disants, pour eux seuls toujours complaisants, des principes dignes de Sparte¬, à ceux qui ne partagent point mon opinion politique, je souhaite, comme un grand point, l'amour de la chose publique ; à mes ennemis, si j'en ai, car il faut bien que chacun vive, tous les jours un bon déjeuné, suivi d'un succulent dîné, avec faculté digestive ; un peu d'avoine et des chevaux aux écuyers sans écurie, et des tourelles sans créneaux à tout seigneur sans seigneurie.

Je souhaite aux Etats-Unis, l’horreur des discordes civiles, plus d'égalité qu'à Tunis, moins d'espions que dans nos villes.
Qu'ils(...)


© Canal Académie - Tous droits réservés

Notez cette émission :

Pour poursuivre la lecture de cet article et écouter cette émission,
devenez membre du Club pour 25€ par an seulement ! abonnez-vous ici Déjà abonné ? identifiez-vous

Commentaires