Le Club

Découvrez le club Canal Académie et créez votre compte dès maintenant pour profiter des avantages, des exclusivités, des services...

Découvrir le Club

Robert Debré, mon père

par Claude Monod Broca

C’est à l’occasion des 50 ans de la réforme qui créa les centres hospitalo-universitaires que l’Académie de médecine a rendu hommage à l’un des fondateurs : Robert Debré. Hommage lui est rendu par sa fille Claude Monod-Broca et par Jean Dausset, dont le texte est lu par le secrétaire perpétuel de l’Académie de médecine Jacques-Louis Binet.


Bookmark and Share



Après la naissance de leur fils Robert en 1882 à Sedan, les parents Debré s’installent à Paris. C’est dans la capitale que Robert Debré grandit et fait ses études. Orienté dans la filière littéraire, il s’inscrit à la Sorbonne en philosophie jusqu’à la licence.

Lycée et université correspondent à l’âge des rencontres.
Il découvre le monde ouvrier avec Louson, ami lycéen anarchiste ; une amitié qui durera 80 ans malgré leurs lignes de vies bien différentes. (Il s’intéressera bien plus tard dans sa carrière aux universités populaires et participera à la création d’une imprimerie autogérée).

A la Sorbonne il rencontre Charles Péguy, maître à penser qui fait de la rigueur morale, de la vérité, et de l’amitié des principes de vie. Mais malgré l’enthousiasme avec lequel Robert Debré suit Péguy, il se rend compte qu’il n’est pas fait pour les débats d’idées. Il lui faut de l’action.
Il décide alors brusquement de basculer en médecine. « Tu vas passer la moitié de ta vie à passer des examens, et l’autre moitié à en faire passer à d’autres » lui fait remarquer Péguy. Mais la décision de Robert Debré est prise.

C’est en passant le concours de médecin que Robert Debré fait la connaissance de Jeanne Debat-Ponsan, une des toutes premières femmes internes. Elle deviendra sa femme en 1908.

Comme tous les médecins, sa carrière s’interrompt pendant la guerre de 14.
Quatre ans plus tard, en 1918, il prend la direction de l’Institut d’hygiène et la chaire de bactériologie. Il prononce la première leçon en français à l’université de Strasbourg.
Après un an en Alsace, il revient cependant à Paris, où les 20 ans de paix et de travail sont dominés par une activité riche. Il passe ses matinées à l’hôpital où il soigne bénévolement tout en enseignant la clinique aux jeunes. L’après-midi est consacré aux consultations à domicile ainsi qu’aux séances de société savantes et de jury d’examen. Il réserve ses soirées à la rédaction d’articles médicaux.

Lorsqu’éclate la Seconde Guerre mondiale, Robert Debré est nommé médecin consultant au quartier général avec le grade de Lieutenant-colonel. Mais cette période de trop grand confort le pèse. Après la débâcle qui le mène jusqu’à Bordeaux avec le(...)


© Canal Académie - Tous droits réservés

Notez cette émission :

Pour poursuivre la lecture de cet article et écouter cette émission,
devenez membre du Club pour 23€, soit moins de 2€ par mois. abonnez-vous ici Déjà abonné ? identifiez-vous

Commentaires