Le Club

Découvrez le club Canal Académie et créez votre compte dès maintenant pour profiter des avantages, des exclusivités, des services...

Découvrir le Club

Se retirer sur l’Aventin

Une allusion historique présentée par Jean-Claude Bologne

On peut se draper dans sa dignité ou se retirer dans sa tour d’ivoire, mais l’on peut aussi "se retirer sur l’Aventin". L’historien Jean-Claude Bologne rappelle les origines historiques de cette allusion.


Bookmark and Share

Aujourd’hui, on dit d’un homme vexé, qui se désintéresse d’une situation qu’il ne contrôle plus, ou qui se drape dans sa dignité après un échec, qu’il se retire sur l’Aventin. Après les élections présidentielles, on a entendu dire de beaucoup de candidats malheureux qu’ils avaient ainsi pris leur retraite sur cette colline proche de Rome. Libération évoque « Laurent Fabius retiré sur son Aventin du Grand-Quevilly », et Le Figaro, d’Alain Madelin, « retiré sur son Aventin libéral », tant il est vrai que le mont n’a pas de couleur politique.



L’expression fait allusion à un épisode des débuts de l’histoire romaine, en 494 avant notre ère, durant les rivalités entre patriciens et plébéiens. Elle est rapportée par Tite Live. La plèbe romaine, écrasée par les dettes, est en pleine révolte quand une guerre contre les Volsques incite à l’union sacrée. Les consuls promettent d’annuler les dettes de ceux qui s’enrôleront. Mais après la victoire, les belles promesses s’évanouissent, et les soldats outrés se retirent sur une montagne voisine, laissant les patriciens sans défense. Force est de négocier pour éviter que les Volsques ne reviennent venger leur défaite.
Selon une tradition antique, cette montagne aurait été l’Aventin, une des sept collines originelles, foyer des plébéiens, d’origine latine. Ceux-ci se serait donc retirés sur leur lieu d’origine. Selon Tite-Live, en revanche, c’est sur le mont Sacré, à trois milles de Rome, que les soldats se seraient mis en grève avant la lettre. Son explication est plus convaincante : les légionnaires étaient en effet liés par leur serment aux consuls, tant qu’ils restaient dans l’enceinte de la ville. En la quittant, ils échappaient à leur engagement. Pour les convaincre de rentrer, on créa des tribuns de la plèbe chargés de les représenter.


Le retrait politique est donc tout à fait approprié à l’emploi de cette allusion, mais la condamnation implicite n’est pas dans l’anecdote romaine. Il entre désormais de la bouderie ou de l’orgueil blessé dans cette retraite, sans doute par contamination avec d’autres allusions, mythologiques ou littéraires (« se retirer sous sa tente »,(...)


© Canal Académie - Tous droits réservés

Notez cette émission :

Pour poursuivre la lecture de cet article et écouter cette émission,
devenez membre du Club pour 23€, soit moins de 2€ par mois. abonnez-vous ici Déjà abonné ? identifiez-vous

Commentaires