Le Club

Découvrez le club Canal Académie et créez votre compte dès maintenant pour profiter des avantages, des exclusivités, des services...

Découvrir le Club

Les Cent Jours par la lorgnette royaliste

Avec l’historien Emmanuel de Waresquiel

Dans Cent Jours, la tentation de l’impossible, Emmanuel de Waresquiel, spécialiste de l’histoire des idées au XIXe siècle, propose une nouvelle lecture de cette courte période de notre histoire. Il ne suit pas l’envol de l’Aigle, mais s’attable avec le roi de France à Gand. De là un récit vif, parfois pittoresque, visant à souligner combien ces cents jours sont au cœur de la complexité politique française. Une œuvre en dehors des sentiers battus, pour mieux cerner l’exil de Louis XVIII.


Bookmark and Share

Il ne s’agit pas d’un jour mais de « Cent jours » dans l’histoire. Pas les cent jours, bien connus, du second et dernier règne de l’empereur Napoléon, mais les cent jours de « l’interrègne » royaliste. Notons au passage que nous devons l’expression « Cent jours », qui sont en réalité cent dix jours, au préfet de la Seine, Chabrol, venu accueillir Louis XVIII aux portes de Paris, le 8 juillet 1815 et qui, par ces mots, entend évoquer l’épisode qui s’inscrit entre le départ du roi, le 20 mars 1815, et son retour. Louis XVIII n’apprécia guère l’allusion à ce qui fut, pour lui, un nouveau « sauf qui peut ».
D’ailleurs, que sait-on de ce nouvel exil royal ? En définitive, peu de chose. Le spectacle n’était pas là mais du côté de l’empereur. Son soudain retour, suivi de sa chute tout aussi soudaine, ont monopolisé l’attention, que ce soit celle des écrivains (Balzac, Dumas, Hugo et même Aragon…) ou encore celle des historiens. D’Adolphe Thiers à Georges Blond, en passant par les propres détracteurs de Napoléon comme Hippolyte Taine, ils ne se sont intéressés qu’à lui. Sans oublier Dominique de Villepin, qui profita de l’épisode pour mettre en exergue sa notion de sacrifice en politique ! Ainsi, les Cent Jours sont bien ceux de Napoléon. En chassant Louis XVIII du trône, il réussit du même coup à faire tomber le roi et ses compères dans les oubliettes de l’histoire. Personne ne s’est intéressé aux perdants de ces Cent Jours. Et pourtant, n’ont-ils pas, eux aussi, beaucoup à nous apprendre ?
C’est ce que Canal Académie vous propose de découvrir en compagnie d’Emmanuel de Waresquiel, auteur de Cent Jours, la tentation de l’impossible, paru aux éditions Fayard.

Présentation de l'éditeur

« Rien dans l'histoire n'a ressemblé à ce quart d'heure », a écrit Victor Hugo. Il est vrai qu'en un peu plus de trois mois, on n'avait pas encore vu une telle bousculade de régimes et de dynasties, de serments prêtés et reniés, de passions, d'enthousiasmes et de peurs. Napoléon débarque à Golfe-Juan le 1er mars 1815 ; il est à Paris, le 20. Dans l'intervalle, le régime des Bourbons s'effondre comme un château de cartes. Louis XVIII quitte Paris pour l'exil en Belgique dans la nuit du 19 au 20 mars, avec(...)


© Canal Académie - Tous droits réservés

Notez cette émission :

Pour poursuivre la lecture de cet article et écouter cette émission,
devenez membre du Club pour 25€ par an seulement ! abonnez-vous ici Déjà abonné ? identifiez-vous

Commentaires