Le Club

Découvrez le club Canal Académie et créez votre compte dès maintenant pour profiter des avantages, des exclusivités, des services...

Découvrir le Club

2 h 15 Foch à Rethondes : L’armistice du 11 novembre 1918

par Jean-Jacques Becker, professeur émérite à l’Université de Paris X Nanterre

Jean-Jacques Becker présente ici l’armistice du 11 novembre 1918, sans doute le plus glorieux mais aussi le plus inespéré ! A l’occasion du 90e anniversaire de l’armistice du 11 novembre 1918, le musée de l’Armée avait organisé, en partenariat avec l’Université permanente de la ville de Paris, un cycle de conférences autour des suspensions d’armes ou armistices les plus importants de l’histoire moderne ou contemporaine de la France.


Bookmark and Share

Le 11 novembre 1918 à 2h15, dans le wagon de commandement du maréchal Foch installé dans la clairière de Rethondes, débute la cérémonie de signature de l’armistice. Ce n’est que trois heures après, à 5h, que le long texte est signé. L’ordre est aussitôt transmis de suspendre les hostilités.
Clemenceau pouvait annoncer la victoire de la France, victoire qu’il promettait un an auparavant dans son discours d’investiture, le 20 novembre 1917 : « Un jour, de Paris au plus humble village, des rafales d’acclamations accueilleront nos étendards, vainqueurs, tordus dans le sang, dans les larmes, déchirés des obus, magnifique apparition de nos grands morts. Ce jour, le plus beau de notre race, après tant d’autres, il est en notre pouvoir de le faire. Pour les résolutions sans retour, nous vous demandons, messieurs, le sceau de votre volonté ». En ce mois de novembre 1917, la position militaire de la France ne permettait pas de croire à l’éventualité d’une victoire. Seul Clemenceau s’était montré confiant.

Depuis avril 1917, les américains s’étaient associés aux Français et aux Anglais mais il faut attendre presque un an avant leur entrée réelle dans le combat. Les premiers combattants américains rejoignent les champs de bataille en avril 1918, à un moment où la situation des alliés est critique. Les allemands sont même sur le point de l’emporter. Que se passe-t-il pour qu’un armistice soit signé au profit des alliés, quelques mois plus tard, le 11 novembre ? Ecoutons Jean-Jacques Becker.

- Jean-Jacques Becker est spécialiste européen de l’histoire de la Grande Guerre, auteur de nombreux ouvrages sur cette période. Il a publié récemment « la Grande Guerre » une histoire franco-allemande aux éditions Tallandier et participa au dictionnaire de la Grande Guerre que vous pouvez retrouver sur Canal Académie dans « Au fil des pages »


En savoir plus :

- Pour plus d'informations sur le musée de l'Armée cliquez ici.

- Ecoutez nos émissions(...)


© Canal Académie - Tous droits réservés

Notez cette émission :

Pour poursuivre la lecture de cet article et écouter cette émission,
devenez membre du Club pour 25€ par an seulement ! abonnez-vous ici Déjà abonné ? identifiez-vous

Commentaires