Le Club

Découvrez le club Canal Académie et créez votre compte dès maintenant pour profiter des avantages, des exclusivités, des services...

Découvrir le Club

« A quoi sert le baccalauréat ? »

avec Jacques Legendre, président de la Commission des affaires culturelles du Sénat

A l’occasion des 200 ans du baccalauréat le 17 mars 2008, la Commission des affaires culturelles du Sénat a réalisé l’état des lieux de ce véritable "monument national", au carrefour de l’enseignement secondaire, des formations supérieures et de la vie active. Le sénateur Jacques Legendre, agrégé d’histoire, secrétaire d’Etat à la formation professionnelle (1977-1981) livre pour Canal Académie les détails de ce rapport au micro de Myriam Lemaire.


Bookmark and Share

Le 8 octobre 2008, Jacques Legendre a été élu président de la Commission des affaires culturelles du Sénat, l’une des six commissions permanentes de la Haute Assemblée. Il rappelle au début de l'entretien le rôle et le fonctionnement de cette Commission dont le champ de compétences est très étendu : éducation, culture, communication, francophonie, jeunesse et sports.

Plongée au cœur d’une institution sociale : le baccalauréat

Pendant six mois, le groupe de travail chargé de réaliser un état des lieux du baccalauréat a rencontré les principaux acteurs et observateurs du monde de l’éducation. Il a procédé à quarante auditions et a recueilli les analyses de près de cent personnes. Il a jugé nécessaire de se pencher sur l’histoire en entendant deux historiens, spécialistes de ces questions.

Une démocratisation encore inachevée

Le baccalauréat a connu une histoire mouvementée avec une incessante succession de réformes. Longtemps réservé à une petite élite, l’accès au baccalauréat s’est lentement démocratisé. Mais cette démocratisation est inachevée. Contrairement à certaines idées reçues, le baccalauréat ne concerne que 64 % d’une génération. La France est donc loin d’avoir atteint l’objectif de 80 % d’une classe d’âge au niveau du baccalauréat. A ces inégalités d’accès s’ajoutent les effets de la hiérarchisation des filières.


Un bac ou des bacs ?

Il y a désormais plusieurs baccalauréats aux fonctions différentes : des baccalauréats généraux (S, L, ES), des baccalauréats technologiques, des baccalauréats professionnels (au nombre de 72) dont les publics, les enseignements et les débouchés sont très différents. « Le bac S est considéré comme plus "noble" et "le bac L est en train de plonger, je ne peux l'accepter », affirme Jacques Legendre.
Pour Jacques Legendre, cette diversification ne doit pas mettre en péril l’unité symbolique profonde de l’examen ni aller à l’encontre de l’égale dignité des filières.

Un diplôme irremplaçable

Le sénateur Legendre souligne le rôle symbolique joué par le baccalauréat qui est à la fois un rite de passage à destination(...)


© Canal Académie - Tous droits réservés

Notez cette émission :

Pour poursuivre la lecture de cet article et écouter cette émission,
devenez membre du Club pour 25€ par an seulement ! abonnez-vous ici Déjà abonné ? identifiez-vous

Commentaires