Le Club

Découvrez le club Canal Académie et créez votre compte dès maintenant pour profiter des avantages, des exclusivités, des services...

Découvrir le Club

La Crosse et le Sceptre : des prélats à deux maîtres, l’Eglise et l’Etat

Les mutations des monarchies française et anglaise à la Renaissance, avec Cédric Michon

A travers l’exemple des prélats d’Etat sous François Ier et Henri VIII, l’historien Cédric Michon, auteur de la Crosse et le Sceptre paru chez Tallandier, décrit la mutation des deux monarchies à l’époque de la Renaissance. Une étude comparative admirable.


Bookmark and Share

Une des images que nous gardons de l'Ancien-Régime est celle de la place des ecclésiastiques auprès du pouvoir. Qui mieux que Richelieu a incarné cette place? Pourtant, à l'aube du XVIIe siècle, le cardinal rouge reste une exception. En effet, l'âge d'or de ces prélats d'Etat remonte au temps de la Renaissance. Moins connus que le cardinal et ministre de Louis XIII, ces religieux serviteurs de l'Etat n'en restent pas moins importants. Ils participent surtout aux grandes mutations des monarchies, notamment françaises et anglaise. Nous sommes en effet à une époque où l'Etat s'affirme; de plus en plus centralisé naturellement, il assure la promotion d'une bureaucratie qui se développe et se construit en se révélant très efficace.

"Un jour dans l'Histoire" vous propose de partir à la découverte de ces évêques, de ces cardinaux, au service de deux maîtres, l'Église et l'État. Comment ces prélats ont-ils pu concilier leurs charges respectives? Mais avant tout, quelles étaient leurs origines et leur formation? Quelle place place occupaient-ils au sein de la hiérarchie de l'Etat et quels étaient leurs pouvoirs? En quoi enfin, leurs disparition révèle la mutation de l'Etat ? Autant de questions auxquelles Cédric Michon répond au micro de Canal Académie.

Présentation de l'éditeur :

A la Renaissance, les puissantes monarchies de France et d'Angleterre connaissent d'importantes mutations qui se traduisent notamment par l'affirmation d'un État de plus en plus centralisé, bureaucratique et efficace. Dans ce processus crucial de l'histoire de l'Occident, une catégorie de serviteurs joue un rôle tout à fait déterminant. Identifiés par Cédric Michon qui les appelle " prélats d'Etat ", des dizaines d'évêques et de cardinaux s'investissent dans tous les secteurs de l'administration monarchique jusqu'à en prendre parfois la direction. Dans ce monde de pouvoir, d'ambition, d'argent et de violence, les Jean du Bellay, François de Tournon, Stephen Gardiner ou Cuthbert Tunstall tiennent la dragée haute aux arrogants magnats laïcs comme aux ambitieux juristes. On y rencontre l'évêque Rowland Lee, " nettoyeur " du Pays de Galles ; le cardinal de Gramont, redoutable diplomate ; le tout puissant cardinal Thomas Wolsey, chef du conseil et chancelier d'Henri VIII. On y voit les prélats d'Etat français proposer au roi les services des réseaux humanistes que leur généreux mécénat(...)


© Canal Académie - Tous droits réservés

Notez cette émission :

Pour poursuivre la lecture de cet article et écouter cette émission,
devenez membre du Club pour 25€ par an seulement ! abonnez-vous ici Déjà abonné ? identifiez-vous

Commentaires