Le Club

Découvrez le club Canal Académie et créez votre compte dès maintenant pour profiter des avantages, des exclusivités, des services...

Découvrir le Club

6 juin 1944 : le débarquement, par Henri Amouroux

de l’Académie des sciences morales et politiques

Henri Amouroux (1920-2007), journaliste, historien, nous retrace le débarquement des troupes alliées en Basse-Normandie. Mais en traçant rapidement le portrait de plusieurs "personnages" : le maréchal Pétain, le général de Gaulle, et les "Français du 6 juin", sujet qui lui tenait à coeur, il démontre en quoi ce débarquement fut "un coup de génie".


Bookmark and Share

Cette émission a été enregistrée à la fin de l'année 2004.


Henri Amouroux évoque le débarquement du 6 juin 1944 en Normandie, avant quoi, l’historien et journaliste nous présente trois visages :


- celui du Maréchal Pétain, vieil homme, qui doit céder le pouvoir qu’il ne maitrise plus, bien qu’il soit encore très populaire.
- celui du Général De Gaulle, qui veut le pouvoir et impose ses idées face aux alliés européens et au Comité National de la résistance. Il se démarque des autres, tel Eisenhower. Il est soutenu par l’opinion publique qui l’acclame lors de ses discours.
- celui de ces "Français du 6 juin". Ces "Français du 6 juin" sont des Français dont on parle trop peu. Des Français meurtris notamment en Normandie ; Normandie dévastée par la guerre, telle la commune de Saint-Lô. Ces français du 6 juin veulent que règne l’ « ordre » dans le pays.


Le 6 juin 1944 fut un « coup de génie ». Ce « coup de génie », c’est la création de ports artificiels car il est impossible d’attaquer de vrais ports comme Dieppe en 1942. D’ailleurs, la bataille de Dieppe fut un désastre. Hitler n’avait pas vu cela ainsi ; il pensait une attaque classique des ports. Il est leurré par les Alliés qui ont tout fait pour lui faire croire à un débarquement dans le Pas-de-Calais. Ainsi, les Allemands se laissent déborder sur les plages de Normandie alors que la majeure partie de l' armée est mobilisée sur les ports du Pas-de-Calais. Les Alliés ont une force de frappe beaucoup plus intense que celle des Allemands. Ce qui permet de départager cette bataille, c’est la disproportion des forces aériennes et marines entre les premiers et les seconds. Les Allemands se déplacent à pied, n’ont pas ou peu d’avions et de navires alors que les Alliés en déploient des milliers.

Ce 6 juin 1944, jour du débarquement en Normandie, fut non seulement l’annonce d’une période sanglante mais aussi l’annonce d’un dénouement de la situation chaotique en France par le retour à l’ordre que prône De(...)


© Canal Académie - Tous droits réservés

Notez cette émission :

Pour poursuivre la lecture de cet article et écouter cette émission,
devenez membre du Club pour 25€ par an seulement ! abonnez-vous ici Déjà abonné ? identifiez-vous

Commentaires