Le Club

Découvrez le club Canal Académie et créez votre compte dès maintenant pour profiter des avantages, des exclusivités, des services...

Découvrir le Club

Diderot et Les bijoux indiscrets

Les éditions du conte libertin de l’Encyclopédiste, par Bertrand Galimard Flavigny

Après un mariage, célébré dans la mairie de Langres, ville natale de Denis Diderot (1713-1784), on s’aperçut que son buste réalisé par Houdon avait été subtilisé. Il s’agissait heureusement d’une copie... Bertrand Galimard Flavigny relate ici les circonstances de l’édition de ce conte libertin dû au célèbre encyclopédiste.


Bookmark and Share


Une autre copie du buste de Denis Diderot orne la salle de mariage de la mairie du IXe arrondissement de Paris. Cela devient une habitude. Cet hommage est-il lié à l’auteur de l’Encyclopédie universelle ou à celui des Bijoux indiscrets plus propre à émouvoir des jeunes mariés qu’une très longue lecture encyclopédique. « Rien n'est plus vrai que les amants ont de l'instinct ; si leur maîtresse est infidèle, ils sont saisis d'un frémissement assez semblable à celui que les animaux éprouvent à l'approche du mauvais temps : l'amant soupçonneux est un chat à qui l'oreille démange dans un temps nébuleux : les animaux et les amants ont encore ceci de commun, que les animaux domestiques perdent cet instinct, et qu'il s'émousse dans les amants lorsqu'ils sont devenus époux. (...) Ingrate, perfide, si je vous aimais encore, je me vengerais; mais indigne de ma tendresse, vous l'êtes aussi de mon courroux », écrivait en effet Denis Diderot au chapitre XLIX (49) dans les Bijoux indiscrets.

Jusque récemment, on pensait que l’édition originale de cette œuvre était celle qui portait comme adresse : « Au Monomotapa », sans précision de lieu ni de date, dans le format in-octavo. On savait que cette adresse fantaisiste dissimulait une impression hollandaise pour Durand en 1748. Mais en 1988, François Moureau auteur des Recherches sur Diderot et l’Encyclopédie a découvert un exemplaire, dans un format plus petit in-12, annoté et corrigé de la main de Diderot lui-même. L’encyclopédiste n’a jamais, en effet, relu un de ses textes sans les transformer ; on peut donc raisonnablement penser que cet exemplaire a servi à préparer l’édition suivante en in-octavo. Ces premières éditions des Bijoux indiscrets sont ornées des mêmes deux vignettes pour les deux titres et de sept gravures sur cuivre. Ce qui permet de distinguer une contrefaçon datée de la même année, car dans celle-ci, les gravures y étant inversées.
Pendant longtemps, ce « premier opus littéraire », paru anonymement, alors que(...)


© Canal Académie - Tous droits réservés

Notez cette émission :

Pour poursuivre la lecture de cet article et écouter cette émission,
devenez membre du Club pour 25€ par an seulement ! abonnez-vous ici Déjà abonné ? identifiez-vous

Commentaires