Le Club

Découvrez le club Canal Académie et créez votre compte dès maintenant pour profiter des avantages, des exclusivités, des services...

Découvrir le Club

Olivier Messiaen pédagogue

Emission avec Claude Samuel

Olivier Messiaen n’était pas seulement un compositeur de renommée internationale, auteur de l’opéra Saint François d’Assise et de très nombreuses pièces instrumentales. Messiaen proposait aussi des cours d’harmonie et d’analyse très appréciés au Conservatoire national supérieur de musique de Paris. Parmi ses élèves figurent trois compositeurs majeurs du XXe siècle : Boulez, Xenakis et Stockhausen.


Bookmark and Share

1941 : Olivier Messiaen se voit proposer le cours d'harmonie au Conservatoire national supérieur de musique de Paris (CNSM). Il n'a que 33 ans, mais a déjà quelques compositions à son actif (notamment le Quatuor pour la fin du Temps et deux cycles d'orgue). Et surtout, Messiaen s'est déjà fait remarquer par un traité de théorie musicale très original : Vingt leçons d'harmonie, publié chez Leduc en 1939.

Cette liberté d'esprit de Messiaen séduit immédiatement les élèves du Conservatoire. «En général, explique Pierre Boulez, les traités d'harmonie vous donnent uniquement des recettes, il n'y a pratiquement pas de références à des textes musicaux. [...] Messiaen voulait nous faire voir l'évolution de l'harmonie, nous montrer pourquoi certaines règles n'étaient plus nécessaires étant donné l'enrichissement du vocabulaire, etc. C'est cette méthode qui m'a le plus frappé, en particulier les références aux textes.» (propos recueillis par Jean Boivin dans son livre La classe d'Olivier Messiaen).

Messiaen enseigne aussi bien la musique modale du Moyen-Âge et de la Renaissance, que le Sacre du Printemps de Stravinsky, Pierrot Lunaire de Schönberg, Pelléas et Mélisande de Debussy... et présente même en classe les dernières compositions de l'élève Pierre Boulez !

La classe d'harmonie puis d'analyse de Messiaen se singularise par l'étude de la métrique grecque et les deçî-tâlas hindous, et l'écoute des «couleurs» musicales. C'est à partir de ces critères que Messiaen choisissait ses compositeurs fétiches : Debussy, Mozart, Berlioz, Stravinsky, Rameau et écartait Bach et Ravel, par exemple.

Assister à la classe de Messiaen, c'était aussi avoir l'occasion d'entendre le «maître» présenter ses dernières compositions. Chose qu'il fera de moins en moins à partir du milieu des années 50.

En 1966, il est(...)


© Canal Académie - Tous droits réservés

Notez cette émission :

Pour poursuivre la lecture de cet article et écouter cette émission,
devenez membre du Club pour 25€ par an seulement ! abonnez-vous ici Déjà abonné ? identifiez-vous

Commentaires