Le Club

Découvrez le club Canal Académie et créez votre compte dès maintenant pour profiter des avantages, des exclusivités, des services...

Découvrir le Club

Arthur Conte, un "homme libre", raconté par sa fille

Dominique Bona

Homme politique et écrivain, journaliste et rugbyman, grand amoureux de sa région et homme libre, Arthur Conte continue à parler sa langue catalane dans les couloirs de la politique française ou à l’ORTF où il déclare qu’"il faut développer les forces de la joie" !


Bookmark and Share

Fils de viticulteur, Arthur Conte naît le 31 mars 1920 à Salses, dans les Pyrénées-orientales. Après des études secondaires au lycée de Perpignan, il s'inscrit à la faculté des lettres de Montpellier où il obtient une licence de lettres et un diplôme d'études supérieures classiques.


Déporté du travail sous l'Occupation, il est interné au camp de Neue-Bremm. Initialement journaliste, éditorialiste de politique internationale au journal L'Indépendant de Perpignan puis chroniqueur international à Paris Match, auteur de plus de 80 ouvrages, Arthur Conte entre dans la vie politique en 1946 comme secrétaire fédéral du Parti socialiste des Pyrénées-orientales. L'année suivante, il devient maire de Salses son village natal et préside l'Union des maires du département. Il a tout juste 27 ans. Il ne sait pas encore qu'un jour il dirigera l'ORTF.

Quel est le moteur de sa carrière ? Comment se partage sa vie ?

Pour sa fille Dominique Bona, écrivain et critique littéraire, la voix de son père résonne comme «un accent de fidélité à une région profondément ancrée en lui qui est la région catalane». Sa différence à lui, il la cultive : il grandit en catalan et apprend le français à l'école.
Homme optimiste, authentique, il fait quelquefois figure d’exception dans des milieux très galvaudés où il étonne par son humour, son franc[arler et surtout son accent. Comme il le dit lui-même : «je roule les “r” comme une rivière qui charrie des cailloux.»

Avec des racines catalanes essentielles, qui définissent sa personnalité, ce qui compte avant tout c'est la famille, le milieu des viticulteurs, le rugby, les amitiés, le soleil parce que «le cœur bat plus vite et plus fort dans ce pays natal.»

Très bon élève, sa vocation d'écrire est vite repérée par ses professeurs et par le maire du petit village d'à côté. Ses parents presque inquiets ne tardent pas à le voir s'éloigner d'abord à la ville (Perpignan), puis à Paris.
Ecrivain, journaliste, homme politique... Comme nous le précise sa fille, «il y a plusieurs Arthur Conte» même si, au fond, le désir d'écrire l'emporte(...)


© Canal Académie - Tous droits réservés

Notez cette émission :

Pour poursuivre la lecture de cet article et écouter cette émission,
devenez membre du Club pour 25€ par an seulement ! abonnez-vous ici Déjà abonné ? identifiez-vous

Commentaires