Le Club

Découvrez le club Canal Académie et créez votre compte dès maintenant pour profiter des avantages, des exclusivités, des services...

Découvrir le Club

Le voyage en Amérique de Pierre Schoendoerffer

Flash-back sur les débuts du cinéaste (1928-2012), membre de l’Académie des beaux-arts, invité de Marianne Durand-Lacaze
Entre la Guerre d’Indochine et son retour en France en 1955, Pierre Schoendoerffer s’est offert « un tiers » de tour du monde durant lequel sa détermination à faire, un jour, du cinéma, s’est maintenue. Après l’expérience des combats, caméra sur l’épaule et l’enfer de Diên Biên Phu, il retourne à la vie civile en faisant au gré de son voyage de fabuleuses rencontres : témoignage sur ses années d’insouciance pendant lesquelles il découvre une Amérique qui lui paraît familière grâce au cinéma américain dont il était un spectateur boulimique, bien avant de poser un pied sur le fameux continent.


T�l�charger le fichier sur votre ordinateur
Références émission afficher
Émission proposée par : Marianne Durand-Lacaze
Référence : CARR361
Adresse directe du fichier MP3 : http://www.canalacademie.com/emissions/carr361.mp3
Adresse de cet article : http://www.canalacademie.com/ida2977-Le-voyage-en-Amerique-de-Pierre-Schoendoerffer.html
Date de mise en ligne : 1er juin 2008
Logo Art absolument

Pierre Schoendoerffer s’est engagé en 1952 dans la guerre d’Indochine comme cameraman dans le Service cinématographique des Armées. A l’âge de 23 ans, il a en tête de faire du cinéma et participe aux opérations. Témoin de la capitulation française, blessé et fait prisonnier à Diên Biên Phu, l’expérience de la guerre marque l’univers cinématographique du future cinéaste.
Démobilisé, il reste un temps au Viêt-Nam et entame un tour du monde. Hong-Kong, Taïwan, Le Japon, les îles Hawaï et enfin les Etats-Unis découverts par la côte ouest, constituent les escales de ce long périple qui s’achèvera à New-York, avant de rejoindre la France, en juillet 1955. Reporter photo pour Life et d’autres magazines, vivant de peu, Pierre Schoendoerffer rencontre alors Kurosawa au Japon et travaille aux États-Unis dans le cinéma dès que l’occasion se présente.

Durant cette année d’auto-formation et de débrouillardise, au sortir de la guerre, Pierre Schoendoerffer fait des rencontres déterminantes sur les deux rives du Pacifique, avec Joseph Kessel, l’empereur Bao Daï, Kurosawa et avec le monde des studios américains de Burbank.

Ce voyage autour d’un Pacifique meurtri par la Seconde Guerre mondiale, la Guerre Froide et la guerre d’Indochine a-t-il été initiatique pour le jeune français cinéaste qu’il était ? Ce n’est qu’à partir de 1956 qu’il se consacra à l’écriture cinématographique.

Pierre Schoendoerffer de l'Académie des beaux-arts
Pierre Schoendoerffer de l’Académie des beaux-arts
© Canal Académie

Il évoque dans cet entretien, ses préférences dans la littérature américaine, son approche du monde américain et des Américains. Dans ses propos discrets, on sent l’émotion qu’il eut à « vivre » aux États-Unis où il débarqua, pour la première fois, à San Francisco et non à New-York. Il évoque la figure de l’écrivain Jack London, justement, né à San Francisco. Un écrivain, comme lui un peu autodidacte en son domaine, qui, comme lui, a fait son éducation par les livres, qui, comme lui, montra une attirance certaine pour la mer et qui naquit et grandit à San Francisco. On peut rêver du dialogue possible, secret et imaginaire à travers le temps, entre ces deux Loups des Mers…

Qui de la littérature ou du cinéma américain, a nourri l’imaginaire de Pierre Schoendoerffer ? Herman Melville, autre figure de géant du roman américain, l’auteur en 1851 du fameux livre Moby Dick reste également une référence du cinéaste du Crabe-Tambour. Du livre, plusieurs versions cinématographiques ont vu le jour avant l’adaptation en 1956 de John Huston. Elles n’ont pas manqué de l’intéresser.

Visiblement, chez Pierre Schoendoerffer, littérature et cinéma ne font qu’un, qu’il soit lecteur, spectateur, écrivain ou cinéaste, entre l’univers clos des situations dramatiques qu’il aime à mettre en scène et l’appel du grand large. Il a trouvé les thèmes des histoires qu’il voulait raconter du haut de ses 25 ans. Au cours de ce voyage en Amérique, il se prononça pour le cinéma. Reporter-photographe confirmé, il choisit de laisser tomber cette voie professionnelle dans laquelle son avenir semblait pourtant si bien tracé « pour raconter des histoires ». Très vite, deux ans plus tard, il sortit La Passe du diable, son premier film en 1957, né de sa rencontre avec Joseph Kessel dont l’ouvrage Fortune carrée lui avait laissé adolescent, une empreinte indélébile.

Pierre Schoendoerffer, lors de son séjour en Californie, n’a pas hésité à faire de la figuration pour rester en lien avec le monde du cinéma qu’il était déterminé à intégrer. Sa rencontre avec Jack Webb, acteur, réalisateur, producteur de séries télévisées lui permet de travailler sur les plateaux de cinéma. Par un coup du hasard, à Burbank, il se retrouve à monter ses propres rushs tournés pendant la guerre d’Indochine et acquis par les studios américains pour des films de série B.

À l’extrême fin de cet entretien radiophonique, Pierre Schoendoerffer, fidèle au monde des soldats, cite l’épitaphe que Rudyard Kipling avait écrite pour son fils unique, mort pendant la Première Guerre Mondiale : « Si quelqu’un vous demande pourquoi nous sommes morts, dîtes-lui que c’est parce que nos pères nous ont menti » (« If any question why we died, Tell them, because our fathers lied »). Réformé pour myopie, le jeune homme prénommé John s’était engagé volontaire dans l’armée britannique, à l’âge de 17 ans, sous l’influence de son père qui ne se le pardonna jamais.

Pour en savoir plus

- Pierre Schoendoerffer, membre de l’Académie des beaux-arts

Écoutez une autre émission avec Pierre Schoendoerffer sur Canal Académie : Pierre Schoendoerffer ou l’honneur d’un témoin


- Canal Académie vous invite à la lecture de l’intervention du Premier ministre François Fillon, aux obsèques de Pierre Schoendoerffer qui ont eu lieu à l’Hôtel national des Invalides le lundi 19 mars 2012 :

Intervention  du Premier ministre François Fillon, aux obsèques de Pierre Schoendoerffer qui ont eu lieu à l’Hôtel national des Invalides le lundi 19 mars 2012
Intervention du Premier ministre François Fillon, aux obsèques de Pierre Schoendoerffer qui ont eu lieu à l’Hôtel national des Invalides le lundi 19 mars 2012





Télécharger le lecteur flash pour voir cette vidéo.

© Canal Acadééémie - Tous droits rééservés

Notez cette émission :

Commentaires