Le Club

Découvrez le club Canal Académie et créez votre compte dès maintenant pour profiter des avantages, des exclusivités, des services...

Découvrir le Club

Impôt et dette

Mot pour mot, la rubrique de Jean Pruvost

Jean Pruvost nous livre l’étymologie des mots "impôt" et "dette". Mais connaissez-vous celle du fisc ? Et savez-vous que jadis l’on écrivait dette au masculin et avec un seul t ? Encore une fois, notre lexicologue n’en finit pas de nous surprendre et de nous réjouir !


Bookmark and Share

Impôt et fisc dans le même panier…

En matière de dictionnaires, tout commence vraiment mal pour l’impôt... Ainsi, en 1680, après une définition limitée au synonyme de l’impôt, l’imposition, nous sont assénés sans ménagement trois exemples bien lourds : « Charger le peuple de gros impôts. Accabler le peuple d’impôts. Mettre des impôts sur le peuple. » Le lexicographe, Richelet, prend-il alors parti pour le peuple ou le désigne-t-il au contraire avec insistance pour mieux y échapper ?

L’impôt, c’est étymologiquement ce qui est obligatoire, imposé, en droite ligne du latin impositum. Mais où déposer l’impôt ? Aujourd’hui, dans une boîte aux lettres, en fer ou en plastique, ou encore électronique. Les Romains avaient choisi le fiscus, c’est-à-dire un élégant panier de jonc ou d’osier : de là vient bien sûr le fisc, qui ne manque donc ni de poésie ni de quartiers de noblesse étymologique. C’est de fait en 1278 que sera attesté dans notre langue le premier procureur de fisque. L’impôt se payait alors soit en nature, les corvées par exemple, soit en espèces sonnantes et trébuchantes, par exemple l’impôt sur le sel, la gabelle. Qui, soit dit en passant, vient du mot arabe gabâla désignant l’impôt, une réalité décidément universelle !

Au XIXe siècle, le service militaire redouté pour son tribut de sang devint, avec Balzac qui en popularisa la formule, l’impôt du sang. Et c’est le même Balzac, criblé de dettes et sans rancune, qui évoquera presque avec tendresse un nouvel horizon pour le fisc prompt à taxer le nombre de fenêtres de nos logis : Quand on pense aux immenses services que rendent les fenêtres aux amoureux, il semble assez naturel d’en faire l’objet d’une contribution , déclare-t-il avec indulgence dans Ursule Mirouet.

Nos auteurs de mots croisés ont su également célébrer le fisc et l’impôt. Vide[oches pour l’un, Ponctionnaire zélé pour l’autre. Ou encore le délicieux service de presse. On est d’ailleurs bien injuste pour les impôts. Gil Stern ne déclarait-t-il pas que (...)


© Canal Académie - Tous droits réservés

Notez cette émission :

Pour poursuivre la lecture de cet article et écouter cette émission,
devenez membre du Club pour 25€ par an seulement ! abonnez-vous ici Déjà abonné ? identifiez-vous

Commentaires