Le Club

Découvrez le club Canal Académie et créez votre compte dès maintenant pour profiter des avantages, des exclusivités, des services...

Découvrir le Club

20 avril 1808 : naissance d’un empereur

Le futur Napoléon III par Raphaël Lahlou

Il y a tout juste deux cents ans naissait Charles Louis-Napoléon Bonaparte. Pour ses familiers, il sera Louis-Napoléon Bonaparte, avant de prendre, avec la couronne impériale, le nom de Napoléon III. Raphaël Lahlou, jeune historien primé par l’Académie en 2005 et auteur d’une biographie de Napoléon III, revient sur les circonstances de cette naissance.


Bookmark and Share

Fils de Louis Bonaparte, frère de Napoléon Ier et roi de Hollande, et d'Hortense de Beauharnais, fille de Joséphine, Louis-Napoléon est le premier membre de la famille impériale à naître depuis la proclamation de l’Empire. La naissance répond alors à un cérémonial précis exigeant la présence de l’archichancelier, Cambacérès. Mais ni l’empereur, ni le père ne sont là. Napoléon est à Bayonne pour négocier le traité devant régler les affaires de la couronne d’Espagne et le roi Louis a rejoint sa nouvelle capitale d’Amsterdam. Restée à Paris, la reine Hortense, malgré sa grossesse avancée, décide d’accompagner son fils Napoléon-Louis, à une fête d’enfants donnée par Caroline Murat. Dans ses mémoires, elle dira que les exercices périlleux d’un danseur de corde l’impressionnèrent tant qu’elle dut rentrer chez elle précipitamment sous l’effet des contractions.
Quelques heures plus tard, en son hôtel de la rue Cerutti – aujourd’hui rue Laffitte - elle donnait naissance à son troisième fils. La venue au monde de ce nouveau-né est bien loin des préoccupations de l’empereur. Il faut attendre le mois de mai pour qu’il écrive à Hortense : « Je vous fais compliment de la naissance de votre fils. Je désire que ce prince s’appelle Charles-Napoléon ». Trois semaines plus tard, il ajoute un autre prénom à l’état-civil du petit prince, alors inscrit sous les noms de Charles Louis-Napoléon. Une fois les prénoms choisis, reste à baptiser l’enfant. Cette cérémonie nécessite la présence du souverain. Or, l’emploi du temps de l’empereur fait reporter le baptême jusqu’au 5 novembre 1810. Toujours est-il qu’au moment de la naissance, compte tenu de la faiblesse du nouveau-né, il avait été immédiatement ondoyé par le cardinal du Belloy.
En effet, né avant terme, le petit prince est si faible qu’on craint pour sa survie : « Dans la nuit du 20 au 21 avril 1808, écrit Hortense, je donnai jour à un fils […]. J’appris que le chirurgien avait dit dans le salon de service : « les reines ont le droit d’accoucher avant terme ; elles ne comptent pas comme les autres ».(...)


© Canal Académie - Tous droits réservés

Notez cette émission :

Pour poursuivre la lecture de cet article et écouter cette émission,
devenez membre du Club pour 25€ par an seulement ! abonnez-vous ici Déjà abonné ? identifiez-vous

Commentaires