Le Club

Découvrez le club Canal Académie et créez votre compte dès maintenant pour profiter des avantages, des exclusivités, des services...

Découvrir le Club

Marie-Madeleine, pécheresse et nouvelle Eve

par Sylvie Barnay, maître de conférences à l’Université de Metz

La question d’une descendance éventuelle entre Jésus et Marie-Madeleine a été largement vulgarisée par le Da Vinci Code. Que disent les textes à ce sujet ? Sylvie Barnay étudie ici l’évolution de la figure de Marie-Madeleine, du début du VIIe au XIIIe siècles, en passant par les pèlerinages d’Aix, de Vézelay et de la Sainte Baume. Marie-Madeleine et les trois Marie : voici une émission pour mieux s’y retrouver.


Bookmark and Share

Nous prions nos auditeurs de bien vouloir excuser la médiocre qualité sonore de cette émission due à une défaillance technique. Merci.

Le Moyen Age ne s’y est pas trompé. Marie-Madeleine “ égale à” la Vierge Marie... Les deux femmes partagent symboliquement le même nom de “ Marie ” comme le chante la liturgie en usage au XIIIe siècle. Mais, pour les hommes médiévaux, l’une est encore la toute pure et la seconde est inversement la pécheresse. Marie-Madeleine porte le visage d’“ Eve ”, Marie est la “ Nouvelle Eve ”. Tout au long des siècles, le nom de la Madeleine n’a cessé d’inspirer cette exploration du sens de l’Ecriture sainte appelée exégèse. Eve, oui, mais en devenir de “ Nouvelle Eve ” ! Pécheresse, soit, mais convertie ! “ Madeleine ”, toujours, mais aussi “ Marie ” ! C’est en effet autour du paradoxe du nom de Marie-Madeleine, partagé entre “ Marie ” et “ Madeleine, que la pensée médiévale a construit son histoire...

Les trois "Marie"

L’histoire de Marie-Madeleine commence avec son “ invention ”, cette forme de commentaire des saintes Ecritures qui part de la lettre pour trouver l’esprit, cette production toujours renouvelée des mille et un réseaux du sens sacré.



Un sermon de Grégoire le Grand (+604) en est à l’origine. Dans la tradition occidentale - à laquelle s’oppose la tradition orientale -, il est en effet le premier à réunir les trois “ Marie ” de l’Evangile en une seule et même figure, c’est-à-dire à mettre en relief le lien de sens qui les unit sous le même nom. Ce sera “ Marie-Madeleine ”. A elle seule, la Madeleine condense ainsi l’histoire de Marie de Béthanie, soeur de Marthe et de Lazare, l’histoire de Marie de Magdala à qui le Ressuscité apparaît sous la forme d’un jardinier et l’histoire de la pécheresse oignant et essuyant de sa chevelure les pieds du Christ. Dans le commentaire, on ne trouve pas encore trace de l’identification de cette figure à la Vierge.

A ses débuts, Marie-Madeleine n’est pas seulement une “ invention ” au(...)


© Canal Académie - Tous droits réservés

Notez cette émission :

Pour poursuivre la lecture de cet article et écouter cette émission,
devenez membre du Club pour 25€ par an seulement ! abonnez-vous ici Déjà abonné ? identifiez-vous

Commentaires