Le Club

Découvrez le club Canal Académie et créez votre compte dès maintenant pour profiter des avantages, des exclusivités, des services...

Découvrir le Club

Dissociations et hallucinations : deux pathologies de l’identité

avec Pierre Buser, membre de l’Académie des sciences

Janet, Charcot, Freud : Pierre Buser, neurobiologiste membre de l’Académie des sciences, évoque les travaux de ces trois grands médecins sur les dissociations et les hallucinations. Où ranger les psychoses, les schizophrénies, les hystéries ? Comment se déclenchent-elles ? Éléments de réponses dans cette émission.


Bookmark and Share

La dissociation est un écroulement de l’ego si intense, que la personnalité est considérée comme littéralement cassée en morceaux

Les travaux sur ces troubles remontent XIXe siècle avec le psychologue Pierre Janet (1859-1947). Celui-ci pensait que la dissociation exprimait l’effet des traumatismes de jeunesse chez des femmes (agressions sexuelles, incestes) essentiellement, cela créant à terme des dissociations ou problèmes de multiples personnalités

Il avait pris pour habitude de traiter ses patients par l’hypnose, considérant que la maladie n’était pas une maladie somatique, mais une maladie psychique.

Entre temps Jean-Martin Charcot, (initialement neurologue) fut conduit à traiter des hystériques, et s’est intéressé à l’hypnose.
À la différence de Pierre Janet, Charcot interprète le phénomène mental comme quelque chose de physiologique, et trouve en cela des détracteurs tel qu'Emile Bernheim pour qui l'hypnose n’est que le simple effet d’un phénomène social et intersubjectif omniprésent.
C'est à cette époque que débute de la lutte entre les pro-biologique et les pro-sociologique (appelés plus tard les pro-mentale).

Si l’on range dans les dissociations les troubles de la personnalité multiple, peut-on dire que la schizophrénie est une dissociation ?
La réponse est difficile. En effet le travail de Janet n’était pas complètement axé sur la schizophrénie, qui à cette époque là, n’était pas encore totalement décrite dans son ensemble.
Ce que nous décrit Janet, ce sont des femmes jeunes qui peuvent changer de personnalité tout à coup. L’exemple le plus connu est celui de sa patiente Lucie, qui possédait trois personnalités bien distinctes :
- Lucie 1
- Lucie 2
- Lucie 3 (qu’elle appelait Adrienne)
Pour Janet, il était question de scission de la conscience et de la perception, qu'il explique par un affaiblissement de la puissance de synthèse (conséquence de trouble événementielle, l’émotion ayant une action dissolvante).

Point essentiel de ces dissociations : toutes ses fonctions de mémoire, perception, attention restent intactes.
En cela, la dissociation est très différente d’une psychose hallucinatoire, en particulier chez les schizophrènes (pour qui il y a à la fois dissociation et(...)


© Canal Académie - Tous droits réservés

Notez cette émission :

Pour poursuivre la lecture de cet article et écouter cette émission,
devenez membre du Club pour 25€ par an seulement ! abonnez-vous ici Déjà abonné ? identifiez-vous

Commentaires