Le Club

Découvrez le club Canal Académie et créez votre compte dès maintenant pour profiter des avantages, des exclusivités, des services...

Découvrir le Club

Geneviève de Galard, une femme dans l’enfer de Dien Bien Phu

Un parcours où courage et dévouement sont les maîtres mots

Geneviève de Galard, ancienne convoyeuse de l’air, raconte ici comment, prise dans le piège de Dien Bien Phu, elle partagea le quotidien et les souffrances de 15 000 soldats pendant près de deux mois. Comment dans l’enfer des combats, elle devint leur rayon de soleil en incarnant pour eux l’infirmière, l’épouse, la confidente...


Bookmark and Share

En 1953, Geneviève de Galard, fille de la bonne aristocratie du Sud-Ouest, intègre le corps très restreint des convoyeuses de l’air : une trentaine d’infirmières volantes chargées de soigner les blessés lors des évacuations aériennes. Dès 1953, leur principal lieu d’intervention est l’Indochine. En janvier 1954, Geneviève rejoint Hanoi au Tonkin. Face à l’évolution de la situation, deux convoyeuses sont désignées chaque jour pour se rendre au camp retranché de Dien Bien Phu et évacuer les blessés. Au même moment se tient la conférence de Berlin. Elle se solde par l’annonce d’une prochaine conférence sur la paix prévue à Genève en mai. C’est alors que la Chine décide d’apporter une aide massive au Vietminh afin de renforcer sa position lors de la prochaine conférence. Les données du combat changent du tout au tout, l’artillerie vietminh ne laisse que peu de chance au camp retranché. Le 13 mars, le Vietminh mène une attaque terrible sur Dien Bien Phu. La piste est endommagée, et le Vietminh encercle le camp. Les évacuations vont-elles se poursuivre et dans quelles conditions ? Le 17 mars un premier avion décolle d’Hanoi. Il arrive à se poser mais le Vietminh tire dès que commence le chargement. L’avion redécolle sans avoir pu charger les évacués. Désormais les évacuations se feront de nuit dans des conditions de plus en plus périlleuses. Geneviève de Galard doit assurer le vol de la nuit du 26 au 27 mars. Son avion décolle mais, sous les feux des tirs, il est obligé de repartir sans blessés. Sa déception est grande. Elle demande alors à faire partie du prochain départ. C’est là que son destin bascule. Arrivé à Dien Bien Phu à 4 heures du matin, son avion, endommagé, ne repartira jamais. A 29 ans, Geneviève se retrouve prisonnière, la seule femme à partager le sort des 15 000 soldats de l’armée française pris dans la nasse de cette sinistre cuvette.
-
Affectée à l’antenne médicale centrale, Geneviève de Galard a en charge les blessés graves à leur sortie de la salle de réanimation. Certains forcent son admiration comme ce jeune légionnaire triple amputé qui trouve encore le moyen de plaisanter. Pour eux tous, Geneviève est un peu la mère, un peu la sœur, un peu l’amie, sa seule présence rend moins inhumain cet enfer de feu, de boue et de sang. Sa place, elle ne la céderait à personne. La peur ? Pas le temps ! L’angoisse(...)


© Canal Académie - Tous droits réservés

Notez cette émission :

Pour poursuivre la lecture de cet article et écouter cette émission,
devenez membre du Club pour 25€ par an seulement ! abonnez-vous ici Déjà abonné ? identifiez-vous

Commentaires