Le Club

Découvrez le club Canal Académie et créez votre compte dès maintenant pour profiter des avantages, des exclusivités, des services...

Découvrir le Club

Elizabeth 1ère, l’Age d’Or

Un film de Shekar Kapur analysé par Marie-Laure Massei

Elizabeth, l’Age d’or est le second film que Kapur consacre à la grande souveraine anglaise, Elizabeth 1ère, la Reine vierge, la dernière des Tudor, interprétée magistralement par Cate Blanchett. Dans quelle mesure ce film respecte-t-il l’histoire ou s’en détache-t-il ? Marie-Laure Massei, maître de conférences en anglais à l’Université de Paris est allée le visionner, nous offre des points de repère historiques en nous faisant partager son analyse.


Bookmark and Share

Elizabeth: L’Age d’or fait suite au premier film de Kapur sur l’ascension de la puissante reine d’Angleterre, film qui avait été nominé aux Oscars après sa sortie en 1998. Elisabeth fut donc largement salué par la critique et par le public, pour sa déconstruction originale des conventions régissant le drame historique, ses prises de vues vertigineuses et sa mise en scène de personnages sanguins dans des décors de pierre austères.



Cependant, entreprendre une suite se révèle souvent un exercice difficile et périlleux, donc pourquoi ce deuxième film ? Comme s’en explique Kapur : « Je n’en avais pas absolument l’intention, mais l’envie était là. Conter une histoire revient à ouvrir une petite boîte de Pandore, on ressent forcément le besoin d’aller plus loin ».

Le choix d’un réalisateur indien, né dans l’Empire des Indes britanniques avant la partition, pour traiter de la figure typiquement anglaise d’Elizabeth, était un pari plutôt audacieux et inattendu. Kapur reconnaît d’ailleurs qu’il n’était pas le mieux à même de proposer une interprétation de l’histoire des Tudor : « N’aimant pas du tout l’histoire, je ne savais rien au sujet d’Elisabeth, si ce n’est qu’elle était surnommée la « reine vierge » et qu’elle avait vécu à la Renaissance ; j’ai donc été très surpris d’être contacté. Les producteurs ont pensé à moi parce qu’ils craignaient de retomber dans le film traditionnel en costume d’époque. Cela dit, je n’aurais jamais pu tourner un film sur Gandhi, par exemple. Cela fait trop partie de mon histoire personnelle. Et le même problème se serait sans doute posé pour un réalisateur britannique chargé de faire un film sur Elizabeth ».




Kapur a donc travaillé en étroite collaboration avec des scénaristes anglais pour ne pas perdre de vue la réalité historique, mais son regard décalé sur l’icône tant filmée et vénérée s’est bel et bien révélé inédit.
C’est grâce à son interprétation magistrale de la reine Elizabeth Ière,(...)


© Canal Académie - Tous droits réservés

Notez cette émission :

Pour poursuivre la lecture de cet article et écouter cette émission,
devenez membre du Club pour 25€ par an seulement ! abonnez-vous ici Déjà abonné ? identifiez-vous

Commentaires