Le Club

Découvrez le club Canal Académie et créez votre compte dès maintenant pour profiter des avantages, des exclusivités, des services...

Découvrir le Club

Les débats de l’astronomie : composition de l’univers et trous noirs

avec l’astrophysicien Guy Monnet

Au cours de cette conférence du Bureau des longitudes, l’astrophysicien Guy Monnet expose les nouvelles connaissances des chercheurs en matière de trous noirs dans l’univers. Il développe dans une première partie la « recette d’un univers réussi ».


Bookmark and Share



L’univers se développe dans un espace qui s’étire. C’est la fameuse théorie de la relativité : E = mc2.
De ce fait, les télescopes qui nous permettent de voir toujours plus loin, nous permettent également de reculer toujours un peu plus dans le temps, jusqu’à revenir aux prémices du big-bang.

Ainsi, Guy Monnet estime que la période de l’univers qui s’étendait de 1 seconde à 300 000 ans fut assez simple. « A cette époque, l’univers ressemblait certainement à l’intérieur d’une bombe H, constitué d’un tube à néon, avec un plasma à l’intérieur, des atomes d’hydrogènes des électrons et un rayonnement piégés entre ses composants ».


Si nous savons que la Terre est ronde, qu’en est-il de l’univers ? Est-il sphérique, plat, hyperbolique ?
Pour la plupart des scientifiques, il est PLAT. La réponse a été apportée à partir de mesures géographiques.

En 1935, on s’est aperçu que l’univers contenait une quantité importante de matière que l’on ne voyait pas. Pour faire de l’univers il faut donc :
- de la matière noire
- un amas de galaxies. Comme l’amas est dense, cela fait l’effet d’une loupe gravitationnelle. Les images vus par les télescopes prennent alors la forme de petits arcs.

Un amas contient 50 à 100 fois plus de masse, composé d’une matière qu’on ne voit pas, froide (c’est à dire composé de matière lourde).


Résumons : l’univers est plat, composé à 74% d’énergie noire, de 22 % de matière noire et de 4% de baryons. On ne dispose actuellement d’aucun résultat probant sur la composition de l’énergie noire, on ne sait de quoi est composée la matière noire, et les baryons ne devraient pas exister. Finalement, nous ne savons pas grand chose !

Le satellite Planck prévu en 2009-2010 devrait réaliser des premières mesures en la matière. Quant au collisionneur à hautes particules du CERN, il devrait également apporter des éléments de réponse.
D’autres satellites français et italiens devraient permettre de mesurer la forme et la vitesse d’un milliard de galaxies, des informations nécessaires pour espérer en savoir plus sur l’énergie noire.

Les trous noirs



Les trous noirs sont comme des «(...)


© Canal Académie - Tous droits réservés

Notez cette émission :

Pour poursuivre la lecture de cet article et écouter cette émission,
devenez membre du Club pour 25€ par an seulement ! abonnez-vous ici Déjà abonné ? identifiez-vous

Commentaires