Le Club

Découvrez le club Canal Académie et créez votre compte dès maintenant pour profiter des avantages, des exclusivités, des services...

Découvrir le Club

Droit et architecture avec Pierre Caye

Droit et Architecture. Savoirs de la différence, arts de la distance
Pour Pierre Caye, directeur de recherche au CNRS, il existe une gémellité entre le droit et l’architecture, en particulier entre le droit romain et l’architecture à l’antique : ces deux disciplines ont même principe et même finalité. Tous deux, savoirs de la différence et des arts de la distance, sont au service non seulement de la civilisation, de l’organisation de la cité, mais plus fondamentalement encore de l’hominisation, de l’institution de l’homme en tant qu’homme.


T�l�charger le fichier sur votre ordinateur
Références émission afficher
Émission proposée par : Marianne Durand-Lacaze
Référence : ES317
Adresse directe du fichier MP3 : http://www.canalacademie.com/emissions/es317.mp3
Adresse de cet article : http://www.canalacademie.com/ida2601-Droit-et-architecture-avec-Pierre-Caye.html
Date de mise en ligne : 20 janvier 2008

Pierre Caye, directeur de recherche au CNRS, a donné, devant l’Académie des sciences morales et politiques le lundi 7 janvier 2008, une communication sur le thème « Droit et architecture, savoirs de la différence, arts de la distance ». Citant Vitruve et son récit des origines de la société, il rappelle que le but de l’architecture consiste, non pas à rassembler les hommes mais au contraire à ménager entre eux de l’espace pour en desserrer l’étouffante promiscuité, "à créer de la distance". il en va de même pour le droit. Citant Kant et sa justification du droit de propriété, pour maintenir les hommes à distance "respectueuse" les uns par rapport aux autres, Pierre Caye défend l’idée que les différentes distinctions que Kant établit de la propriété, reprennent les différences fondamentales du droit romain. Fonction architecturale et fonction juridique assurent une certaine distance dans le tissu social.

Pierre Caye voit dans la différence que fait Vitruve entre le projet et le chantier d’une construction, une caractéristique juridique qui rappelle la différence constitutive du droit, entre le fait et le droit.

Extraits […] « Cette co-appartenance essentielle du droit et de l’architecture, concerne au premier chef d’une part l’architecture à l’antique, celle que décrit Vitruve, et d’autre part le droit romain. Il est vrai que cette architecture à l’antique, rénovée et magnifiée par l’âge humaniste et classique, a profondément marqué notre paysage urbain et notre goût esthétique jusqu’au début du XXe siècle, et davantage ; que le vitruvianisme, dans ce qu’il a de plus abstrait et de plus fondamental, reste encore vivant dans le projet architectural tel qu’il se conçoit aujourd’hui ; il est vrai aussi que l’esprit du droit romain n’a pas totalement déserté la fabrique du droit dans nos sociétés contemporaines, même si évidemment ni le vitruvianisme ni le droit romain ne sauraient à eux seuls résumer leur discipline respective ».

A l’Académie des sciences morales et politiques, ce jour-là, en séance, après approbation du procès verbal de la séance du lundi 17 décembre 2007, Lucien Israël a transmis la présidence de l’Académie, à François Terré qui a lui-même appelé Jean-Claude Casanova, à occuper le poste de vice-président de l’Académie auquel il avait été élu, lors de la dernière séance de l’année 2007.

Sous la présidence de François Terré, les séances de l’Académie des sciences morales et politiques, pour l’année 2008, sont consacrées au thème : Regards sur le droit.

Pour en savoir plus

- Sur le texte de la communication de Pierre Caye, sur le site de l’Académie des sciences morales et politiques ;

- Sur Pierre Caye : Pierre Caye, directeur de recherche au CNRS (UPR 76–Centre Jean Pépin), a consacré une part importante de ses recherches à Vitruve et au vitruvianisme à la Renaissance et à l’âge classique. Il a publié Le savoir de Palladio (Klincksieck, 1995), Empire et décor : le vitruvianisme et la question de la technique à l’âge humaniste et classique (Vrin, 1999), et a récemment proposé, en collaboration avec Françoise Choay, une nouvelle traduction française du De re aedificatoria de Leon Battista Alberti aux éditions du Seuil (2004). Par ailleurs, il a donné plusieurs contributions aux Archives de philosophie du droit avec lesquelles il collabore régulièrement.






© Canal Acadééémie - Tous droits rééservés

Notez cette émission :

Commentaires