Le Club

Découvrez le club Canal Académie et créez votre compte dès maintenant pour profiter des avantages, des exclusivités, des services...

Découvrir le Club

Institut Curie : "prendre les cancers de vitesse" !

avec Daniel Louvard, de l’Académie des sciences, directeur du centre de recherche de l’Institut Curie

"Une personne sur deux sera atteinte d’un cancer au cours de sa vie" : ce message choc, délivré par la dernière campagne de l’Institut Curie fin 2007, ne fait qu’établir une triste réalité. En 20 ans, la prévalence des cancers en France a augmenté de 63%, et près de 50% des malades succombent encore de l’évolution de leur maladie ! Malgré ce chiffre alarmant, les taux de rémission demeurent encourageants. L’Institut Curie se bat depuis près d’un siècle pour faire avancer la recherche en ce sens. Daniel Louvard, directeur du Centre de recherche, nous explique pourquoi chacun doit se mobiliser contre ce redoutable fléau.


Bookmark and Share


L'Institut Curie, fondé sur le projet de Marie Curie et de Claudius Regaud en 1909, a été reconnu fondation d'utilité publique en 1921. Riche de 2 000 chercheurs, médecins et personnel soignant qui allient leurs forces pour "prendre le cancer de vitesse", l'Institut Curie fonctionne sur un modèle unique qui réunit trois entités interdépendantes : un centre de recherche, dirigé par le Professeur Daniel Louvard, un hôpital, dirigé par le Professeur Pierre Bey, et un centre de transfert, qui permet de faire le va-et-vient nécessaire entre les deux autres entités.

Si l'Institut Curie effectue des recherches de pointe concernant tous types de cancer, il est devenu un centre d'excellence pour la recherche sur le cancer du sein. Déjà, en 1939, c'est à l'Institut Curie qu'ont eu lieu les tout premiers traitements du cancer du sein par radiothérapie en France.
D'ailleurs, aujourd'hui, plus de 55% des patients pris en charge à l'Institut Curie le sont pour ce type de cancer, soit 3500 patientes chaque année. Si le nombre de cas diagnostiqués a d'ailleurs doublé entre 1980 et 2000, la mortalité a largement baissé dans le même temps, grâce à la prise en charge précoce et aux progrès thérapeutiques.

Aujourd'hui, la recherche contre le cancer permet, de plus en plus souvent, d'administrer des traitements "à la carte", en fonction du type de tumeur qui affecte une personne, mais également de son étendue, des antécédents de la personne affectée...
Les progrès de la génomique ont, notamment, permis de révolutionner la recherche et la connaissance des cancers. Pendant longtemps, ce sont quatre types de cancers du sein qui étaient distingués. On sait aujourd'hui qu'il en existe au moins dix, et ce, grâce à la génétique.
Ces progrès permis par la génétique n'en sont probablement aujourd'hui, qu'à leurs balbutiements.



Mais l'essentiel désormais consiste à mobiliser davantage les individus autour de la recherche contre le cancer, par-delà les scandales(...)


© Canal Académie - Tous droits réservés

Notez cette émission :

Pour poursuivre la lecture de cet article et écouter cette émission,
devenez membre du Club pour 25€ par an seulement ! abonnez-vous ici Déjà abonné ? identifiez-vous

Commentaires