Le Club

Découvrez le club Canal Académie et créez votre compte dès maintenant pour profiter des avantages, des exclusivités, des services...

Découvrir le Club

Dans l’atelier de sculpture de Claude Abeille

Membre de l’Académie des beaux-arts

Depuis trente ans, Claude Abeille assemble ce qu’il désigne volontiers comme son "vestiaire" : des sculptures en forme de vestes et de pantalons. Des vêtements qui semblent avoir été portés, mais dont le propriétaire serait absent. Il s’agit pour ce sculpteur, membre de l’Académie des beaux-arts, de représenter l’homme dans son apparence, son enveloppe, et donc de mener une réflexion sur l’être et le vide. Nous vous proposons, dans cette émission, une rencontre avec Claude Abeille, dans son atelier, et en compagnie de l’historienne de l’art Lydia Harambourg.


Bookmark and Share

Claude Abeille compose depuis trente ans son "vestiaire" : un travail sur le vêtement, enveloppe de l'humain. Il s'agit, dit-il, d'une attente patiente. Une interrogation naïve et douce, un regard amusé mais surtout interloqué sur l'homme et ses apparences, sur sa condition moderne.

Claude Abeille est né dans le Finistère, en 1930. Il se destine à l'art, et découvre la sculpture à Ecole Nationale Supérieure des Arts Décoratifs (Ensad). Il y reçoit l'enseignement de Robert Couturier (membre de l'Académie des beaux-arts).
Pour ses premières œuvres, Claude Abeille s'intéresse à la représentation des bustes. « Comme il avait l'intention de retrouver l'homme, il commença par sculpter ce qu'il en restait. Il en résulta des torses », commente Alain Besançon [[Dans Claude Abeille, préface d'Alain Besançon, éditions de l’Education du Hebei, 2005p[-. Ces stèles, ces "bornes", comme les appelle Robert Couturier, sont enracinées au sol, et légèrement incurvées. Les formes féminines sont délicatement modelées. Rétrospectivement, Claude Abeille juge ces premières œuvres comme une série «d'une grande banalité». Il y voit un simple «désir de détecter des constantes sur lesquelles s'appuyer».
C'est avec ces torses que Claude Abeille remporte le Prix Bourdelle de la sculpture en 1963. Le jury était composé de Robert Couturier, Ossip Zadkine, Alberto Giacometti, André Arbus, Henry Moore et Mme Bourdelle.

Fort de cette notoriété, Claude Abeille reçoit de nombreuses commandes publiques dans les années 60 et 70 : Fontaine à Illzach dans le Haut-Rhin, Soleil au lycée de Mulhouse, Le Vent au lycée de Saint-Affrique dans l'Aveyron, Figure couchée au collège de Sainte-Marie-aux-Chênes en Moselle, Théâtre en plein air d'Istres dans les Bouches-du-Rhône, Fontaine et bancs à Montreuil en Seine-Saint-Denis...

Le milieu des années 70 marque un tournant dans l'inspiration de Claude Abeille. Il(...)


© Canal Académie - Tous droits réservés

Notez cette émission :

Pour poursuivre la lecture de cet article et écouter cette émission,
devenez membre du Club pour 25€ par an seulement ! abonnez-vous ici Déjà abonné ? identifiez-vous

Commentaires