Le Club

Découvrez le club Canal Académie et créez votre compte dès maintenant pour profiter des avantages, des exclusivités, des services...

Découvrir le Club

Les Reinach et l’Ecole française d’Athènes

Par Dominique Mulliez, directeur de l’Ecole Française d’Athènes

Faites la connaissance de Théodore et Salomon Reinach hellénistes, élèves à l’École française d’Athènes, appartenant tous deux à l’Académie des inscriptions et belles lettres. Au cours d’un colloque consacré aux frères Reinach en juin 2007, Dominique Mulliez nous livre les détails de leur vie.


Bookmark and Share


Joseph, Salomon et Théodore Reinach furent trois frères qui marquèrent la vie intellectuelle et politique de la Troisième République. Juifs d'origine allemande et français, leurs talents de polyglotte associés à leur érudition leur ont permis de doubler leur culture classique d'une solide culture germanique. Ils avaient un accès direct à la la production scientifique allemande. Dans le contexte de profonde rivalité entre ces deux nations européennes, la création et le développement des instituts de recherche archéologique sur le sol grec devenaient des enjeux.

L'École française d' Athènes créée en 1846 , connut une seconde naissance après le choc sur l'intelligenstia française de la défaite de 1870 . Quand l'Institut allemand d'Athènes ouvrit ses portes en 1873, le relèvement des études scientifiques de la France devint la préoccupation majeure.



Salomon Reinach entra à l'École française d'Athènes en 1881, y rencontra le futur ambassadeur français à Londres, Charles-Joseph Tissot. L'École était alors dirigée par Paul Foucart, à qui Salomon Reinach rendait compte de l'avancée de ses fouilles et de ses voyages en Grèce et en Mer Égée. Il mena une campagne de fouilles sur la Nécropole de Myrina, puis à Thasos, Imbros et Lesbos.


Auteur de plusieurs ouvrages de philologie, son œuvre maîtresse traite de l'histoire des religions. Son frère Théodore fut aussi helléniste et membre de l'École française d'Athènes en 1890. Envoyé à Constantinople, il se passionna ensuite pour la Grèce antique. À Delphes, il déchiffra la notation musicale d'un hymne à Apollon. Il en confia la composition de la mélodie à son ami Gabriel Fauré. Passionné de numismatique, il occupa également une chaire de cette matière au Collège de(...)


© Canal Académie - Tous droits réservés

Notez cette émission :

Pour poursuivre la lecture de cet article et écouter cette émission,
devenez membre du Club pour 25€ par an seulement ! abonnez-vous ici Déjà abonné ? identifiez-vous

Commentaires