Le Club

Découvrez le club Canal Académie et créez votre compte dès maintenant pour profiter des avantages, des exclusivités, des services...

Découvrir le Club

Réception de Vladimir Velickovic sous la Coupole

Nouvel élu de l’Académie des beaux-arts
Retransmission de la séance solennelle de réception du peintre Vladimir Velickovic à l’Académie des beaux-arts, sous la Coupole, le 20 juin 2007. Jacques Taddei, compositeur et membre de l’Académie, prononça le discours de réception du nouvel élu. En réponse et selon l’usage, Vladimir Velickovic prononça l’éloge de son prédécesseur Bernard Buffet.


T�l�charger le fichier sur votre ordinateur
Références émission afficher
Émission proposée par : Marianne Durand-Lacaze
Référence : COU211
Adresse directe du fichier MP3 : http://www.canalacademie.com/emissions/cou211.mp3
Adresse de cet article : http://www.canalacademie.com/ida2006-Reception-de-Vladimir-Velickovic-sous-la-Coupole.html
Date de mise en ligne : 8 juillet 2007



Vladimir Velickovic sous la Coupole
Vladimir Velickovic sous la Coupole
©Brigitte Eymann

Né en 1935 à Belgrade, Vladimir Velickovic, enfant, est témoin des horreurs de la guerre. Marqué à jamais par la barbarie de l’homme contre l’homme, il apprend brutalement la fragilité de la vie humaine. La mort, la décomposition des corps hanteront son oeuvre. Autodidacte, il s’exerce sur les reproductions des grands maîtres, disponibles dans la bibliothèque familiale et participe à 16 ans, à sa première exposition collective. Diplômé d’architecture, il oscille entre son métier et sa peinture et quitte Belgrade en 1962 choisissant définitivement la peinture et le dessin pour vivre. Il s’installe en 1962-1963 à Zagreb, dans l’atelier d’Etat dirigé par Krsto Hegedusic et réalise sa première exposition personnelle en 1963. Il se fixe à Paris en 1965, où il obtient le prix de peinture à la Biennale. Une série de dessins intitulés Les apparences de la peur le lance sur les chemins de la renommée internationale. Prix et récompenses sont au rendez-vous, galeristes et critiques d’art réputés instaurent avec lui des liens de profonde amitié à Paris.
Inspiré par des photographies d’Eadweard Muybridge, Vladimir Velickovic, dans les années soixante-dix, accentue dans son œuvre la mobilité vaine des corps humains qu’il représente en les immobilisant dans un mouvement.

Poursuite Fig. XII, 1987
Poursuite Fig. XII, 1987
Huile sur toile, 198 x 146 cm
CROCHET FIG.XXXV, 1991
CROCHET FIG.XXXV, 1991
HUILE SUR TOILE 210x150Cm

Créateur de grandes séries, Naissances, Autoportraits, Eléments, Lieux, Descente, Grünewald, 1992, Blessures... Velickovic est représentatif de la diaspora artistique de l’ex-Yougoslavie.
Il fut chef d’atelier à l’Ecole Supérieure des beaux-arts de Paris pendant 18 ans, de 1983 à 1999.
Il est membre de l’Académie serbe des sciences et des arts depuis 1984 et fut élu en 2005, au fauteuil de Bernard Buffet à l’Académie des beaux-arts, à Paris.

Vladimir Velickovic et Pierre-Yves Trémois
Vladimir Velickovic et Pierre-Yves Trémois

Dans son discours, Vladimir Velickovic raconte combien il s’est senti proche de la démarche de Bernard Buffet, lui aussi témoin du désarroi de son époque, peintre figuratif et d’aucun parti en ces temps de guerre froide.

Extrait : « [...]On pourrait donner raison à ceux qui prennent ces personnages pour des autoportraits, tellement Buffet était de complexion fragile. Mais il s’agit avant tout d’un espace dominé par un geste puissant, hargneux, geste inédit que la peinture ne connaissait pas encore. Cet espace est en rupture avec toutes les mièvreries de l’art français figuratif ou abstrait de ces années-là. Buffet est celui qui, dans l’immédiat après-guerre, capte, transmet et incarne les échos irrépressibles du traumatisme. Toute la tragédie est restituée avec si peu de moyens, si peu de couleurs, exprimée par le seul recours à un art en total décalage avec les productions de l’époque.

D’un côté, les tenants d’une abstraction pure et dure pensaient que la paix viendrait d’un art commun à tous les peuples d’Europe et qui saurait les réunir ; de l’autre, les tenants du réel voulait que l’art n’oublie jamais une telle horreur. La guerre avait en effet produit une irréversible cassure de la scène artistique où rien ne pouvait plus être comme avant. Cependant, ce que Bernard Buffet apportait, imposait, c’était une solution de peintre, pas un discours d’idéologue.

Qu’est-ce donc qu’une solution de peintre ? »

Pour en savoir plus

- Sur l’élection de Vladimir Velickovic à l’Académie des beaux-arts,
- Sur le texte du discours de réception de Jacques Taddei, le 20 juin 2007,
- Sur le texte du discours d’éloge de Vladimir Velickovic, le 20 juin 2007,
- Reportage photographique de la séance solennelle de réception de Vladimir Velickovic sur le site Internet de l’Académie des beaux-arts.,
- Sur l’Académie serbe des sciences et des arts

Egalement sur Canal Académie :

Deux interviews de Vladimir Velickovic :
- Vladimir Velickovic, de l’Académie des beaux-arts (1/2)
- Vladimir Velickovic, de l’Académie des beaux-arts (2/2)

Une émission consacrée à Bernard Buffet :
- Bernard Buffet, peintre de la solitude






© Canal Académie - Tous droits rééservés

Notez cette émission :

Commentaires