Le Club

Découvrez le club Canal Académie et créez votre compte dès maintenant pour profiter des avantages, des exclusivités, des services...

Découvrir le Club

Plaisir et habitudes alimentaires

L’assiette est-elle le reflet de notre société ?

Comment nos papilles gustatives sont-elles reliées à notre cerveau ? Pourquoi aimons-nous le sucré de manière innée ? L’obésité nous guette-t-elle tous ? Plaisir et habitudes alimentaires font-ils bon ménage ? Réponses en compagnie d’André Holley, membre du Centre Européen des Sciences du Goût et de Philippe Besnard, nutrionniste.


Bookmark and Share


Ce colloque a été organisé en juin 2007 à Arbois (Jura), dans le cadre des conférences du Pôle Innovation Alimentation Santé, une initiative de la Fondation de la Maison Louis Pasteur (fondation de l'Académie des sciences).


Pour la première fois de son histoire, une large partie de la population mondiale « ne court plus après les calories ». Ce changement fondamental a entraîné l'émergence de maladies dites de pléthores qui posent un véritable problème de santé publique.
Par ailleurs, les relations entre l'homme et l'alimentation ont fortement évolué. Lorsque nous nous nourrissons, nous ne faisons pas qu'absorber une quantité d'aliments. D'autres éléments entrent en jeu : le « comportement alimentaire » qui regroupe le moment qui précède le repas (sa préparation, les courses, la cuisine), les conditions de la prise du repas (ambiance, le nombre de personnes à table) et ce qui suit le repas (sensation de satiété, digestion). L'ensemble des évènements et l'émotion suscités autour des repas influencent le plaisir alimentaire et donc l'équilibre nutritionnel qui en découle.


Cerveau et Goût
par André Holley


Le goût correspond aux sensations produites par les sens gustatifs et olfactifs. Parmi les capteurs, on trouve en premier lieu les papilles, ainsi que des filets nerveux qui montent vers le cerveau.
L’odorat nous donne accès aux arômes. Ses molécules montent vers les cavités nasales et descendent dans les poumons.
L’ouïe aussi a son rôle à jouer ! Il nous permet d'apprécier le craquant, mais aussi la dureté d'un aliment (sensibilité musculaire).

N’oubliez pas le nerf trijumeau !

Le nerf tri jumeau est très important : il reconnaît les substances chimiques irritantes (moutarde, vinaigre, ammoniaque). Il permet de donner une valeur aux textures (croustillant, tendre). Il innerve aussi la douleur (il est responsable de vos rages de dents) !

L’homme possède 400 récepteurs toujours en activité (de l’ordre de 1000 pour les animaux).



Le goût : à quoi sert-il ?

Le goût est le gardien de l'entrée du tube digestif : en fonction des informations captées par les sens, l’individu choisit de poursuivre ou non la prise alimentaire.
Il a également une dimension(...)


© Canal Académie - Tous droits réservés

Notez cette émission :

Pour poursuivre la lecture de cet article et écouter cette émission,
devenez membre du Club pour 25€ par an seulement ! abonnez-vous ici Déjà abonné ? identifiez-vous

Commentaires