Le Club

Découvrez le club Canal Académie et créez votre compte dès maintenant pour profiter des avantages, des exclusivités, des services...

Découvrir le Club

Une page du génocide arménien

Le témoignage inédit d’un prêtre français au début du XXe siècle

Journaliste au Figaro -partenaire de Canal Académie-, Raphaël Stainville nous livre ici un témoignage bouleversant sur les massacres de 1909 en Turquie, préludes au génocide de 1915-1916.


Bookmark and Share

Alors qu'il se rendait en pélerinage en Terre sainte de Paris à Jérusalem, Raphaël Stainville fait escale chez des soeurs, à Adana en Cilicie, où celles-ci lui remettent un manuscrit, témoignage d'un jésuite inconnu sur les événements de 1909. Au cours de ses nuits, le jeune journaliste recopie dans son intégralité ce texte inédit, qu'il publie ici dans son intégralité en y apportant un éclairage historique, politique et religieux à la suite de recherches personnelles.


Commentaire de l'éditeur.


« Mercredi de Pâques. 14 avril 1909. Onze heures du matin. Des coups de fusil, des coups de revolver partent de tous les points de la ville. On tire des fenêtres, des terrasses, des minarets. Les balles pleuvent, drues comme la grêle. Quelques instants après, un cri retentit, lugubre : “askna ghiaours, askna !” Depuis le marché d’abord. Puis, de toute part. “Coupez, coupez les infidèles !” » C’est ainsi que débute ce récit unique et terrible. Et plus loin : « Au premier bruit de la fusillade, on afflua chez nous par toutes les portes, les églises aussi étaient pleines. Les malheureux cherchaient à échapper à la mort. Ce matin, monsieur Ourfalian, un riche Arménien, n’eut pas le temps de se mettre à l’abri. Un homme l’abattit en criant : “Au nom d’Allah très grand, c’est par toi que nous commençons !” »

Avec une charge de vérité rarement atteinte, nous assistons au fil des pages au massacre des Arméniens, en Turquie. Premier génocide d’une série qui fait du XXe siècle le plus sanglant de tous les temps.

Retrouvé par l’auteur au fond d’une malle oubliée, dans un ancien monastère chrétien, le journal tenu à l’époque par un prêtre missionnaire français fournit la trame de ce récit sans concession, dont le but n’est pas d’accuser mais de témoigner d’un martyre dont la mémoire continue à être bafouée.

Plus qu’un document de première main, Pages de sang est un témoignage venu éclairer l’Histoire.

L'auteur.

Raphaël Stainville, 28 ans, est journaliste au Figaro. Pages de sang, paru aux Presses de la Renaissance est son deuxième(...)


© Canal Académie - Tous droits réservés

Notez cette émission :

Pour poursuivre la lecture de cet article et écouter cette émission,
devenez membre du Club pour 25€ par an seulement ! abonnez-vous ici Déjà abonné ? identifiez-vous

Commentaires