Le Club

Découvrez le club Canal Académie et créez votre compte dès maintenant pour profiter des avantages, des exclusivités, des services...

Découvrir le Club

Monseigneur Dupanloup : académicien influent et polémiste contesté

Une personnalité d’ Eglise complexe et engagée

Dans la série de portraits sur "Les intellectuels catholiques des XIXe et XXe siècle", Benoît Schmitz, normalien et agrégé d’Histoire, spécialiste de l’histoire de l’Eglise, nous présente Mgr Dupanloup, ancien évêque d’Orléans. Educateur et pédagogue, il fut aussi engagé dans le monde politique et apparut comme un homme de compromis. Personnalité complexe, opposant à l’infaillibilité pontificale, plutôt libéral, il n’en resta pas moins engagé à la lutte contre la politique française en faveur de l’unité italienne.


Bookmark and Share

Mgr Dupanloup sur le site de l'Académie française.

Né à Saint-Félix (Savoie), le 3 janvier 1802.
Auteur de nombreux ouvrages religieux destinés à la jeunesse, orateur sacré, évêque d'Orléans, Monseigneur Dupanloup fut élu député et sénateur inamovible en 1875. Il poursuivit la canonisation de Jeanne d'Arc et fut l'un des auteurs de la loi de 1850 sur la liberté de l'enseignement. Pendant un temps il fut professeur d'éloquence sacrée à la Sorbonne mais son cours fut suspendu à cause de ses attaques contre Voltaire qui soulevèrent de nombreuses protestations. Il soutint contre Louis Veuillot et son journal l'Univers une polémique religieuse retentissante. Son attitude hostile à l'Empire après la guerre d'Italie le fit poursuivre en 1860. Au mois d'octobre 1870, il fut retenu prisonnier dans son palais épiscopal pendant quelques jours par les troupes allemandes.

Dupanloup, combattu par les gouvernementaux, fut difficilement élu à l'Académie le 18 mai 1854 en remplacement de Pierre-François Tissot. Il fut reçu par le comte de Salvandy le 9 octobre suivant. Dans son discours, Dupanloup ne parla pas du théâtre de Tissot mais le loua en tant que traducteur de Virgile.

Il fut aussi un des chefs du parti religieux à l'Académie et dirigea son opposition à la guerre d'Italie. Il patronna la candidature de Lacordaire et combattit avec passion celle de Littré, ainsi que les candidatures éventuelles de Taine et de Renan. Il publia également un Avertissement à la Jeunesse et aux Pères de famille qui décida l'élection de Louis de Carné, au troisième tour de scrutin, contre Littré. L'opinion publique protesta vigoureusement contre cette élection et contre l'influence qu'avait exercée Dupanloup.

En 1864, il fit refuser un prix que l'Académie se disposait à donner à Taine pour son Histoire de la Littérature anglaise. Lorsque Littré fut élu en 1871, la colère de Dupanloup fut telle qu'il voulut donner sa démission d'académicien. L'Académie vota l'ordre du jour pur et simple sur cet incident, par 28 voix sur 30 votants, et, cédant aux instances de Guizot, l'évêque d'Orléans ne persista pas dans sa première décision.(...)


© Canal Académie - Tous droits réservés

Notez cette émission :

Pour poursuivre la lecture de cet article et écouter cette émission,
devenez membre du Club pour 25€ par an seulement ! abonnez-vous ici Déjà abonné ? identifiez-vous

Commentaires