Le Club

Découvrez le club Canal Académie et créez votre compte dès maintenant pour profiter des avantages, des exclusivités, des services...

Découvrir le Club

Octobre 1956 : La révolution hongroise

Henri-Christian Giraud a accumulé, durant 40 ans, livres, documents et archives
Le 22 octobre 1956, la révolution hongroise contre le régime soviétique éclate à Budapest. Relativement courte en durée -trois semaines-, elle s’est poursuivie en résistance passive provoquant des milliers de morts, de déportés, d’exilés. Elle a largement contribué à ébranler à l’Ouest les fascinations pour l’idéologie communiste et, d’une certaine façon, on peut dire qu’elle fut la première brèche du Mur de Berlin. Henri-Christian Giraud, qui a accumulé livres et documents sur cet événement, a surtout eu accès aux archives soviétiques.


T�l�charger le fichier sur votre ordinateur
Références émission afficher
Émission proposée par : Hélène Renard
Référence : PAG256
Adresse directe du fichier MP3 : http://www.canalacademie.com/emissions/pag256.mp3
Adresse de cet article : http://www.canalacademie.com/ida1440-Octobre-1956-La-revolution-hongroise.html
Date de mise en ligne : 1er avril 2007


Le 22 octobre 1956, une révolte étudiante lance un mot d’ordre : "les Russes dehors". Bientôt, les ouvriers et toute la population s’insurge contre les Soviétiques. Les Hongrois vivaient sous la dictature stalinienne depuis 1948. Et s’il existait un Parti communiste hongrois, comme dans tous les pays satellites, rapidement 10 millions de Hongrois vont s’affronter à l’Empire soviétique fort de 220 millions d’habitants et d’une armée rouge superpuissante.

Henri-Christian Giraud
Henri-Christian Giraud

Henri-Christian Giraud raconte dans cette émission comment lui est venue l’idée de travailler sur ce événement historique : "J’avais douze ans, et, comme dans toutes les familles, nous achetions Paris-Match dont les reporters photographes -dont Jean-Pierre Pedrazzini- couvraient la révolution à Budapest". La vision des enfants de son âge lançant des cocktails molotov sur les chars soviétiques et affrontant à mains nues leur ennemi restera marquée à jamais dans sa mémoire. Ainsi, depuis plus de 40 ans, il accumule les livres et les documents sur la Hongrie. Mais lorsque les archives soviétiques, à l’initiative d’Elsine, ont été remises aux pays concernés, il a eu accès à cette importante documentation qui révèle des aspects jusqu’alors insoupçonnés de la participation soviétique dans cette révolution hongroise.

Henri-Christian Giraud (petit-fils du Général Giraud) a rédigé un ouvrage de 800 pages qui relate la révolution jour par jour, du 22 octobre 56 aux premiers jours de janvier 57. Il a choisi de mettre en scène les personnages (tous réels évidemment) en utilisant le style reportage, ce qui rend ce livre plus aisé à lire.

Il rappelle en quelques mots les principaux protagonistes de cette Révolution : Rakosi, Gerö, Imre Nagy, Kopasci... Il s’interroge sur la toute première fusillade : qui a tiré ? les Hongrois ? Les Russes pour provoquer ? les combats furent terribles notamment dans le centre de Budapest.

Cette Révolution a fait des milliers de morts (hongrois bien sûr, mais aussi dans le camp soviétique même si les chiffres ont été longtemps minimisés), elle a poussé 200.000 hongrois à l’exil (2% de la population), elle a vu plus de 16.000 personnes envoyées en déportation, sans compter les blessés, les emprisonnés dans les raffles, les exécutés après un procès sommaire.

L’auteur analyse aussi les réactions occidentales, celles des personnalités membres du Parti communiste français notamment, celles aussi des dirigeants américains et de l’ONU dont le rôle est plutôt ambigu...

Puis le rideau de fer est retombé. La chape de plomb du silence s’est installée. Cependant Henri-Christian Giraud démontre que cette Révolution a provoqué une crise de conscience à l’Ouest, a ouvert les yeux à bien des gens séduits par le communisme. Et surtout, elle a sonné le glas d’un régime honni...

Au final, en mai 1989, c’est de Budapest qu’est parti le démentèlement de l’Empire soviétique, les Hongrois arrachant les barbelés des frontières avec l’Autriche permettant ainsi à certains Allemands de l’Est de s’échapper. C’est donc, d’une certaine façon, aux révolutionnaires hongrois que l’on doit la chute du mur de Berlin.

A lire :

Henri-Christian Giraud : Le printemps en Octobre, une histoire de la Révolution hongroise, éditions du Rocher, 2006.

Le Printemps en octobre : Une histoire de la révolution hongroise






© Canal Acadééémie - Tous droits rééservés

Notez cette émission :

Commentaires