Le Club

Découvrez le club Canal Académie et créez votre compte dès maintenant pour profiter des avantages, des exclusivités, des services...

Découvrir le Club

La Vendée-Vengé, le génocide franco-français (1/2)

Reynald Secher évoque ce génocide voté et mis en oeuvre par le Comité de Salut public et la Convention

L’ouvrage de l’historien Reynald Secher consacré à la Vendée vient d’être réédité, vingt ans après sa première publication. Pourquoi les français se sentent-ils si concernés par ce qu’il faut bien appeler un génocide franco-français ? Réponse avec l’auteur.


Bookmark and Share

1986 : Trois ans avant les fastueuses célébrations du bicentenaire de la Révolution, un coup de tonnerre résonne dans le ciel de la recherche historique universitaire. Surmontant d’innombrables pressions et autres intimidations, Reynald Sécher parvient, sous les auspices notamment de Jean Meyer, de Jean Tulard et de Pierre Chaunu, à soutenir sa thèse d’Etat sur le génocide vendéen. Ce docteur en histoire va en tirer deux ouvrages : La Chapelle-Basse-Mer, village vendéen : révolution et contre-révolution (publié par les éditions Perrin), prix de l’Académie française en 1987, ainsi que La Vendée-Vengé : le génocide franco-français (publié d'abord par les Presses universitaires de France, en 1986 et réédité en 2006 par les éditions Perrin ). Vingt ans plus tard, la réédition de ce dernier livre crée l’événement. En quinze jours, sans aucune publicité, tous les stocks sont épuisés, un succès qui témoigne de l’intérêt que portent bon nombre de Français à cette page noire de leur histoire.

Cette émission Au fil des pages se décompose en deux parties :

La première resitue la Vendée et tout l’Ouest dans contexte de 1789 : pourquoi cette terre riche, douce et pacifique engendrera-t-elle une insurrection armée et, en retour, une répression à grande échelle ? Au début de l’année 1793, la Vendée n’est pas la seule partie du territoire à se dresser contre une Révolution prenant mauvaise tournure. Des villes comme Lyon ou Bordeaux, des régions telles le Berry, sont aussi en ébullition. Alors, pourquoi ici la guerre civile se hissera-t-elle au rang de soulèvement général puis de crimes de masse ? Reynald Secher offre tous les éléments de compréhension, sachant que la Vendée de l’époque n’a rien à voir avec l’actuel département, lequel fut en réalité peu marqué par les stigmates de la Terreur.

Dans une seconde partie, sont exposés les faits dans leur déroulement chronologique. Reynald Secher montre que la Convention n’avait nullement besoin d’ordonner l’extermination de toute une population – qui comptait plus de 800 000 habitants – pour triompher de ses opposants. En outre, les archives(...)


© Canal Académie - Tous droits réservés

Notez cette émission :

Pour poursuivre la lecture de cet article et écouter cette émission,
devenez membre du Club pour 25€ par an seulement ! abonnez-vous ici Déjà abonné ? identifiez-vous

Commentaires