Le Club

Découvrez le club Canal Académie et créez votre compte dès maintenant pour profiter des avantages, des exclusivités, des services...

Découvrir le Club

ITER : l’énergie nucléaire à partir des océans

Avec Guy Laval, physicien, académicien des sciences

Installé en France, à Cadarache, le programme de recherche ITER (le chemin en latin) devrait fonctionner à partir de 2015. Objectif : créer une nouvelle énergie nucléaire à partir de deux isotopes que l’on trouve dans les océans ! Deux avantages : la ressource est infinie et aucune production de gaz à effet de serre. Premiers résultats à partir de 2050. Explications de Guy Laval, académicien des sciences.


Bookmark and Share

Depuis l'époque d'Einstein, les hommes cherchent à reproduire l'incroyable énergie des étoiles, visible à travers leurs rayonnements. Il fallait pour cela recréer les conditions nécessaires en utilisant l'hydrogène.
Qu'à cela ne tienne, soixante-dix ans plus tard, les scientifiques ont trouvé leur source d'hydrogène dans les océans, et s'apprêtent à reproduire cette énergie extraordinaire avec le projet ITER, à Cadarache.



Actuellement, les pays développés utilisent l'énergie nucléaire de fission.
Ici, il s'agit d'exploiter l'énergie nucléaire de FUSION.
Cette technique s'appuie sur la fusion des noyaux d’éléments chimiques de petite taille et en particulier d’un isotope lourd de l’hydrogène, le deutérium, abondant dans les eaux des océans et de tritium, autre isotope de l’hydrogène.
À cela plusieurs avantages : cette énergie est inépuisable, (par opposition à l’uranium 235 en quantité limité) et peu coûteuse. Si le deutérium est un élément stable, en revanche, ce n'est pas le cas. Ce dernier, radioactif, contaminera les matériaux. Mais les déchets seraient moins importants que ceux engendrés avec nos techniques actuelles, et la radioactivité des matériaux seraient de courte durée.

Ce projet suscite cependant des interrogations.

Pour des raisons techniques d'une part : une large place est faite aux simulations sur ordinateur, sans que les expériences soient testées à l'échelle humaine.
Par ailleurs, il faut trouver le matériau capable de résister à la réaction, des neutrons de 14 millions d’électronvolts engendrés !
Enfin, on ne sait pas porter l’hydrogène en fusion pendant une durée suffisante. (la durée maximale est actuellement de 20 secondes).

Pour des raisons économiques d'autre part : Le coût de 15 millions d'euros, certes porté par la France, mais aussi Le Japon et les Etats-Unis, peut faire grincer des dents lorsque que l'on sait qu'ITER fait partie de la recherche fondamentale. En aucun cas il pourra produire de l'énergie à un niveau industriel. Pour cela, il faudra construire des réacteurs spécifiques.
Dans l'optique où il fonctionnerait à une telle échelle, nous perdrions plus d’énergie à produire cette fusion qu’à en récolter.


Pour connaître en détail les recherches sur la fusion nucléaire, les intérêts européens et internationaux, écoutez sans plus tarder cet éclairage, en compagnie de Guy Laval, physicien animateur du rapport du comité(...)


© Canal Académie - Tous droits réservés

Notez cette émission :

Pour poursuivre la lecture de cet article et écouter cette émission,
devenez membre du Club pour 25€ par an seulement ! abonnez-vous ici Déjà abonné ? identifiez-vous

Commentaires