Le Club

Découvrez le club Canal Académie et créez votre compte dès maintenant pour profiter des avantages, des exclusivités, des services...

Découvrir le Club

Sida : bilan et perspectives en France et dans le monde

avec Marc Gentilini, de l’Académie nationale de médecine

Le VIH, virus de l’immunodéficience humaine, a fait 28 millions de morts dans le monde depuis 1983. En 2006, on estime que 39,5 millions de personnes vivent avec. Comment le virus agit-il sur l’organisme, quelle est la différence entre VIH1 et VIH2 ? quels sont les foyers actuels de développement ? Le vaccin préventif prévu pour 2010 est-il une réponse pour demain ? Réponses avec Marc Gentilini, professeur émérite des maladies infectieuses et tropicales à la Pitié Salpêtrière, à Paris, membre de l’Académie nationale de médecine, ancien président de la Croix Rouge.


Bookmark and Share

Deux souches ont été identifiées à ce jour : le VIH1, responsable de la pandémie, et le VIH2, moins virulent et principalement retrouvé en Afrique de l'Ouest. Le VIH1 a été découvert conjointement et indépendamment en 1983 par une équipe française conduite par le Professeur Jean-Claude Chermann et une équipe américaine.

Une fois l'organisme infecté par le virus, plusieurs étapes se succèdent :

Les étapes :

- 1. La primo-infection : le virus se réplique activement dans l'organisme avec une production de 10 milliards de virions quotidiennement, entraînant la destruction d'environs 5 milliards de lymphocytes T4.

- 2. Le virus se stabilise après quelques semaines à un niveau plus ou moins important selon les sujets. Le système immunitaire hyperactivé compense partiellement la destruction massive des lymphocytes T CD4+ en augmentant leur production, mais l'infection à VIH persiste malgré tout, avec pour conséquence l'émergence et/ou la sélection de virus mutants qui échappent à la réponse immune de l'hôte. Pendant plusieurs années, les lymphocytes T CD4+ semblent se renouveler rapidement malgré leur destruction par le virus jusqu'à ce que l'épuisement des organes lymphoïdes centraux (thymus) ne permette plus leur régénération.

- 3. Après 10-15 ans d'évolution spontanée sans traitement, le sujet est immunodéprimé (stade Sida), des pathologies infectieuses ou tumorales rares (dites opportunistes) surviennent et conduisent au décès. Actuellement les traitements antirétroviraux évitent/retardent l'évolution vers le stade Sida en maintenant les niveaux de réplication du virus au plus bas possible.


Chiffres de 2006 (sources UNAIDS)



Nombre de personnes vivant avec le VIH en 2006

Total 39,5 millions
Adultes 37,2 millions
Femmes 17,7 millions
Enfants, moins de 15 ans 2,3 millions



Nouvelles infections à VIH en 2006

Total 4,3 millions
Adultes 3,8 millions
Enfants, moins de(...)


© Canal Académie - Tous droits réservés

Notez cette émission :

Pour poursuivre la lecture de cet article et écouter cette émission,
devenez membre du Club pour 25€ par an seulement ! abonnez-vous ici Déjà abonné ? identifiez-vous

Commentaires