Le Club

Découvrez le club Canal Académie et créez votre compte dès maintenant pour profiter des avantages, des exclusivités, des services...

Découvrir le Club

les mots des religions : Noël

Rites et traditions de Noël, avec Sylvie Barnay, chargée de cours à l’Institut catholique de Paris

A Noël sont liés nombre de rites, de traditions, de croyances et d’histoires. Sylvie Barnay, maître de conférences à l’Université de Metz, chargée de cours à l’Institut catholique de Paris, évoque certes le père Noël et le sapin décoré, mais surtout la nativité du Christ : Noël au fil des siècles.


Bookmark and Share

La fête de Noël

Célébrée aujourd'hui le 25 décembre, la fête de Noël a été ignorée des chrétiens des trois premiers siècles. Le 25 décembre constituait par contre dans l'Empire romain une fête spéciale consacrée au culte du soleil. Un premier comput écrit en 243 attribué au Pseudo Cyprien fixe le jour de la naissance du Christ le 28 mars selon le principe de relecture des Ecritures suivant : le Messie est comparé au « soleil de justice» (Ml 4, 2), soleil que le récit de la Genèse mentionne comme séparé des ténèbres le quatrième jour (Gn 1, 3). Dans le calendrier romain, l'équinoxe de printemps étant fixé le 25 mars, le 28 mars constituait donc ce quatrième jour présenté comme annonciateur du Christ. Mais la question de la datation précise de la naissance du Christ est une question moderne que ne se posaient pas les Anciens. Elle est traitée d'abord et avant tout de manière exégétique, de façon à ce que l'Ancien Testament corresponde au Nouveau Testament. Mais surtout, davantage que l'Incarnation, c'est surtout la Résurrection qui focalise les regards. Cette focalisation explique que dans le christianisme primitif, la fête chrétienne par excellence demeure la fête de Pâques.

La fête de l'épiphanie

Les méditations sur la manifestation de Dieu dans le monde, mystère appelé « épiphanie », construisent par contre les premiers linéaments de la fête liturgique de Noël. A la suite des controverses qui ont lieu au début du IVe siècle au sujet de la divinité du Christ, l'Eglise commence à fêter la manifestation du Sauveur dans le monde, son épiphanie, le 6 janvier - date déjà retenue par exemple dans les joutes théologiques des milieux d'Alexandrie opposant païens et chrétiens : ce jour était en effet considéré comme le jour de la naissance d'Eon né de la vierge Coré. En Syrie, saint Ephrem décrit la fête du 6 janvier comme la plus lumineuse des fêtes chrétiennes, jour où on fêtait à la fois la naissance et le baptême de Jésus. La pèlerine Egérie (Journal de voyage, Sources chrétiennes, 296, p. 251) décrit les milliers de lumière qu'on allume à Jérusalem dans l'Eglise de la Résurrection le matin du 6 janvier, le Christ étant présenté comme la lumière qui jaillit des ténèbres.


La date du 25 décembre



Entre 325 et 354, selon l'hypothèse historique la plus(...)


© Canal Académie - Tous droits réservés

Notez cette émission :

Pour poursuivre la lecture de cet article et écouter cette émission,
devenez membre du Club pour 25€ par an seulement ! abonnez-vous ici Déjà abonné ? identifiez-vous

Commentaires