Le Club

Découvrez le club Canal Académie et créez votre compte dès maintenant pour profiter des avantages, des exclusivités, des services...

Découvrir le Club

Mots clefs et suggestions


Hommage à Jean Bernard, par Jacqueline de Romilly, Jean Dausset, Jean-Pierre Changeux et Jacques-Louis Binet

membres de trois académies, l’Académie française, l’Académie des sciences, l’Académie Nationale de Médecine

L’Académie française a rendu hommage à Jean Bernard, décédé en avril 2006. Jacqueline Worms de Romilly s’est exprimée sur les liens d’amitié qui l’unissaient au célèbre académicien. Jean Dausset et Jean-Pierre Changeux ainsi que Jacques-Louis Binet évoquent sa carrière scientifique et médicale.


Bookmark and Share

Le 17 octobre 2006, l'Académie française a rendu hommage à Jean Bernard. Lors de cette après-midi, les trois académies où siéga Jean Bernard, furent représentées :
- l'Académie française par Jacqueline Worms de Romilly
- l'Académie des sciences par Jean Dausset et Jean-Pierre Changeux
- l'Académie nationale de médecine par son secrétaire perpétuel Jacques-Louis Binet.

Canal Académie retransmet les communications de ces académiciens.

Jacqueline Worms de Romilly :
« Jean Bernard avait tout à fait sa place à l'Académie française. Il s'intéressait au sens exact des mots, il était l'âme de la commission du prix de poésie de l'Académie française. C'était un grand savant, mais aussi un grand littéraire. Il apprenait des textes par cœur, et avait développé une grande amitié pendant son adolescence avec Adrienne Monnier, libraire parisienne connue à l'époque pour recevoir régulièrement André Gide ou Paul Valéry.
Ceci explique d'ailleurs en partie toutes ses allusions aux écrivains, et notamment, son attachement aux écrits de Paul Valéry.
Lorsque plus âgé, il ne trouvait pas le sommeil, il se récitait tout un acte de Polyeucte !
Poète lui-même, il a reçu un prix de l'Académie française, avant même d'en être membre.
Pendant la seconde guerre mondiale, il fut emprisonné à Fresnes pour ses activités de résistant. Sa seule consolation fut d'inventer des vers et de les mémoriser.
Sur le plan littéraire, il écrira une quarantaine d'ouvrages, la plupart consacrés à la médecine. Il sut rendre concrets tous les problèmes rencontrés en médecine. Peut-on, doit-on, révéler à un patient les menaces qui pèsent sur sa vie ?

Dans tous ces livres se dégagent deux traits :
-* son humanité (il détestait l'idée de la souffrance)
-*sa curiosité (comprendre et faire comprendre)

Il ne craignait pas la mort, au contraire, il en avait une grande curiosité.

Lorsque j'ai entendu son discours de réception, il succédait alors à(...)


© Canal Académie - Tous droits réservés

Notez cette émission :

Pour poursuivre la lecture de cet article et écouter cette émission,
devenez membre du Club pour 25€ par an seulement ! abonnez-vous ici Déjà abonné ? identifiez-vous

Commentaires