Le Club

Découvrez le club Canal Académie et créez votre compte dès maintenant pour profiter des avantages, des exclusivités, des services...

Découvrir le Club

Nicolas Poussin et Orphée, par Michel Déon, de l’Académie française

Une communication à l’Académie des beaux-arts
Michel Déon, de l’Académie française, donnait, le 25 octobre 2006, une communication à l’Académie des beaux-arts, sur Nicolas Poussin et son tableau Orphée et Eurydice. Le romancier imagine la trame de l’histoire dépeinte dans cette oeuvre.


T�l�charger le fichier sur votre ordinateur
Références émission afficher

Référence : ES207
Adresse directe du fichier MP3 : http://www.canalacademie.com/emissions/es207.mp3
Adresse de cet article :
Date de mise en ligne : 22 avril 2007


Michel Déon a été élu à l’Académie française en 1978, au fauteuil de Jean Rostand.
Michel Déon a été élu à l’Académie française en 1978, au fauteuil de Jean Rostand.

Michel Déon de l’Académie française, s’est intéressé à Nicolas Poussin (1594-1665), le peintre dont l’oeuvre est, selon lui, à la fois la clé et l’apogée de la peinture de son temps, le philosophe de la peinture française classique.

Plus exactement, il s’est lancé dans une lecture approfondie de l’une des plus belles toiles du peintre classique : Orphée et Eurydice, que l’on peut admirer au Musée du Louvre.

Michel Déon, le romancier, détaille pour nous cette oeuvre majeure, dont Poussin a puisé le thème mythologique dans les "Métamorphoses" d’Ovide.

L’histoire du mythe d’Orphée, qui a inspiré Nicolas Poussin :
Fils du roi de Thrace et de la muse Calliope, Orphée avait reçu d’Apollon une lyre magique dont il tirait des sons si mélodieux que les rivières s’arrêtaient de couler pour l’écouter et que les rochers le suivaient. _ Orphée avait épousé la nymphe Eurydice qui, voulant échapper aux avances du berger Aristée, fut piquée par un serpent et mourut. Orphée parvint à obtenir de Zeus d’aller la chercher aux Enfers, mais il ne put s’empêcher de la regarder avant d’en être sorti, malgré l’interdiction qui lui en avait été faite, et la jeune femme disparut à jamais.
Nicolas Poussin ne fait pas référence au berger Aristée dans sa peinture ; il représente seulement l’instant où Eurydice vient d’être mordue par le serpent. Orphée, qui joue de la lyre, n’a rien vu de la scène.

Orphée & Eurydice, Nicolas Poussin, 1664. Huile sur toile 124 x 200 cm.
Orphée & Eurydice, Nicolas Poussin, 1664. Huile sur toile 124 x 200 cm.
Cliquer sur la photo pour l’agrandir

Retrouvez tous les détails du tableau dans la communication de Michel Déon de l’Académie française : Le secret de ce tableau tient au mystère de la source de lumière. Son talent romanesque nous entraîne dans une histoire passionnante.

En savoir plus sur :
- Michel Déon

Retrouvez les grandes de Nicolas Poussin sur Kronobase






© Canal Académie - Tous droits rééservés

Notez cette émission :

Commentaires