Le Club

Découvrez le club Canal Académie et créez votre compte dès maintenant pour profiter des avantages, des exclusivités, des services...

Découvrir le Club

Et l’eau vint à manquer

la chronique de Geneviève Guicheney

Geneviève Guicheney, chargée du Développement durable à France Télévisions, est l’éditorialiste de la revue Positions et Médias. Elle reprend ici son éditorial intitulé "Et l’eau vint à manquer".


Bookmark and Share

Un beau jour insolemment ensoleillé de décembre 2005, la population de Belle-Ile-en-Mer apprend que l'eau du robinet est devenue à la fois rare et impropre à la consommation, que des bouteilles d'eau minérale, cinq par personne, vont être distribuées à l'aérodrome deux fois par semaine. La bonne humeur est de mise, ce qui n'empêche pas les questions et les reproches. Comment en est-on arrivé là ?


Bien sûr, on sait que depuis des mois, le ciel se refuse à déverser la moindre goutte de pluie ou si peu. Déjà l'été dernier, l'île avait attiré l'attention lorsqu'un bateau-citerne était venu livrer de l'eau douce (100 000 m3), stockée dans un bassin de fortune, construit pour l'occasion - quatre murs de terre et une grande bâche de plastique. L'événement avait choqué et valu à l'île la visite de la ministre de l'Écologie et du Développement durable. La presse y avait fait largement écho car on avait peine à croire que là tout d'un coup, tout ce que l'on disait sur les menaces de pénurie de toutes sortes, se vérifiait. Le prix du pétrole s'envolait et l'eau manquait au point que l'on doive la livrer par bateau, comme si nous étions dans un désert. Des consignes sévères furent imposées avec amendes à la clé en cas de resquille : interdiction d'arroser les jardins, de laver sa voiture, préférer la douche au bain. Bilan : la consommation a baissé de 20 % par rapport à la moyenne habituelle. Autrement dit, chacun a fait sa part d'économie. Cela n'a même pas été une obsession mais on en causait beaucoup. On échangeait les petites recettes : l'eau de lavage de la salade et des légumes au pied des plantes assoiffées, un seau dans la salle de bains pour recueillir l'eau froide qui s'écoule en attendant l'arrivée de l'eau chaude. Cette eau pouvait ensuite servir à rincer les légumes puis arroser les plantes.
Et l'on se mit à considérer d'un autre œil les originaux, en réalité des précurseurs, qui se sont équipés astucieusement et efficacement pour préserver la précieuse eau : systèmes de bassins plantés filtrants dans les jardins où l'on traite les eaux usées, dites eaux grises, récupération des eaux pluviales, rares mais absentes au point de remplir là une citerne, là un tonneau sous la gouttière comme « dans le temps ». De quoi arroser le jardin. Ceux-là, qui avaient anticipé ont reçu beaucoup de visites.

Chacun ou presque s'est retrouvé face à son insouciance. L'eau au robinet, quoi de plus normal ? Seule la facture indique une sorte de(...)


© Canal Académie - Tous droits réservés

Notez cette émission :

Pour poursuivre la lecture de cet article et écouter cette émission,
devenez membre du Club pour 25€ par an seulement ! abonnez-vous ici Déjà abonné ? identifiez-vous

Commentaires