Le Club

Découvrez le club Canal Académie et créez votre compte dès maintenant pour profiter des avantages, des exclusivités, des services...

Découvrir le Club

Perspectives de l’économie française en 2013

Avec Jacques De Larosière, Gouverneur honoraire de la Banque de France

Quels sont les atouts et les faiblesses de l’économie française ? L’académicien dresse un bilan à moyen terme des perspectives de l’économie française : l’urgence absolue d’une réduction des dépenses publiques, du chômage et d’une amélioration significative de la compétitivité de notre économie sont nécessaires pour sortir de la crise.


Bookmark and Share

Cette émission a été enregistrée le 13 mai 2013. Écoutez l’intégralité de sa chronique dont vous avez dans le texte ci-dessus, seulement le début résumé.

En France, l’infrastructure est efficace, les atouts culturels indéniables, l’énergie nucléaire très développée, l'épargne des ménages importante, la main d'œuvre très qualifiée. De même de grandes entreprises de rang international en bon nombre, dont certaines sont au premier rang mondial lui assurent de réels avantages. Ces éléments sont d'incontestables atouts.

Parmi les faiblesses, Jacques de Larosière compte la gestion des finances publiques, l'accumulation tous les ans (depuis 40 ans), des déficits budgétaires qui se traduisent par une dette de 90% de notre PIB aujourd'hui, évaluée en 1975 à 20%. Cette gestion inconsidérée et presque inconsciente de la dette publique n’a pas pris la forme d’investissements publics créateurs de richesse d’avenir mais d’un gonflement de la dépense publique. La France détient le triste record au sein des pays membre de l’OCDE, d'un gonflement de ses dépenses publiques évalué à 56 % de son PIB.

Parmi les faiblesses également, l’académicien rappelle que dans une économie mondialisée, les coûts unitaires de production doivent être attractifs pour prendre aux entreprises des économies concurrentes des parts de marché. Or, les coûts unitaires de main d’œuvre en France, sont élevés. En conséquence la balance commerciale et la balance des paiements sont en déséquilibre. En 1999/2000/2001, la balance des paiements française était excédentaire, l’Allemagne était alors en déficit et la France était alors considérée comme le pays compétitif. Depuis 2003, l’Allemagne a regagné l'équilibre de sa balance des paiements courants et s’est trouvée en excédent à partir de 2005. Un excédent aujourd’hui, assez important de l’ordre maintenant de 7 % du PIB. Alors que la France a glissé en balance des paiements courants de l’équilibre à un déficit de l’ordre de 2, 25 % de PIB. Nous sommes à -2,25 %, les allemands sont à + 7%, soient 9 points d’écart. C’est là la marque d’un manque de compétitivité pour les entreprises françaises. Comme nous nous maintenons ainsi, les pays qui exportent vers nous, le font à des prix plus compétitifs que ce que nous pouvons offrir. Or cela agit immédiatement sur le chômage. "Le taux de chômage de moins de 11 % (1), certes(...)


© Canal Académie - Tous droits réservés

Notez cette émission :

Pour poursuivre la lecture de cet article et écouter cette émission,
devenez membre du Club pour 25€ par an seulement ! abonnez-vous ici Déjà abonné ? identifiez-vous

Commentaires